La sénatrice Amy Klobuchar a prévu « une grande annonce dimanche », laissant entendre qu'elle pourrait rejoindre la dizaine de candidats démocrates, dont quatre femmes, qui espèrent déloger Donald Trump de la Maison-Blanche en novembre 2020.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Largement réélue pour un troisième mandat en novembre 2018 dans son État du Minnesota, la démocrate y reste très populaire, y compris dans les bastions miniers qui ont basculé en faveur de Donald Trump en 2016. Un atout potentiel de poids si elle confirme qu'elle se lance.  

« Je ferai une grande annonce dimanche », a tweeté la sénatrice âgée de 58 ans mardi soir, juste après le discours sur l'état de l'Union du républicain Donald Trump.

« Il va faire un peu froid » à Minneapolis dimanche, a-t-elle ensuite plaisanté à propos des températures basses de son État du Nord, sur MSNBC. « Portez des vêtements chauds. Prenez peut-être des petits chauffe-mains, mais vous découvrirez à ce moment ma décision », a-t-elle poursuivi avec le ton amusé et sans prétention qui la caractérise.  

Marqué par une diversité inédite, le terrain démocrate est déjà bien occupé pour les primaires présidentielles de 2020, avec un nombre record de femmes-trois sénatrices et une élue de la Chambre des représentants - et déjà une dizaine de candidats au total.  

Ancienne procureure, petite-fille d'un mineur, Amy Klobuchar fut la première femme élue au Sénat américain par les électeurs du Minnesota. Sa mère était enseignante dans le primaire et son père journaliste dans la presse locale.  

La sénatrice insiste beaucoup sur son travail au-delà des clivages partisans. Si elle apparaît plus modérée que plusieurs des candidats déjà en lice, elle n'en défend pas moins plusieurs principes très polarisants aux États-Unis comme le droit à l'avortement.  

Elle a choisi de mettre en avant les dysfonctionnements parfois dramatiques du système de santé aux États-Unis avec son invitée au discours de Donald Trump devant le Congrès : Nicole Smith-Holt, mère d'Alec, un jeune diabétique décédé en 2017 parce qu'il ne pouvait plus se payer ses doses d'insuline, faute d'assurance.  

Dans le nord minier du Minnesota devenu pro-Trump, elle reste très appréciée par des habitants qui disent avoir l'impression de la connaître grâce aux nombreuses visites de cette sénatrice apparemment très abordable.  

Mariée, Amy Klobuchar a une fille.