(Montréal) Le candidat à l’investiture démocrate Bernie Sanders s’est joint dimanche à un groupe de diabétiques américains venus acheter de l’insuline au Canada et a dénoncé la « cupidité » de l’industrie pharmaceutique américaine.

Agence France-Presse

Arrivé en autocar, le groupe a traversé le pont qui sépare les villes américaine de Detroit et canadienne de Windsor pour faire des provisions d’insuline, une dose de cette hormone essentielle dans le traitement du diabète coûtant dix fois plus cher aux États-Unis.

« Comment se fait-il que le même médicament, en l’occurrence l’insuline, soit vendu au Canada pour un dixième du prix pratiqué aux États-Unis. C’est de la collusion, de la corruption et de la cupidité », a fulminé M. Sanders après s’être rendu dans une pharmacie de Windsor.

Le sénateur du Vermont, qui a fait d’un accès abordable aux soins un thème central de sa campagne pour l’investiture démocrate à la présidentielle américaine de 2020, a aussi accusé l’industrie pharmaceutique d’avoir dépensé des milliards de dollars en lobbying auprès du Congrès au cours des 20 dernières années pour continuer à pratiquer les prix qu’elle veut.  

PHOTO REUTERS STAFF, REUTERS

Bernie Sanders discute avec une passagère lors du trajet entre Detroit et Windsor, dimanche.

Avant se rendre au Canada, Bernie Sanders s’était déjà montré particulièrement virulent sur la chaîne américaine CNN.

« Si j’ai un produit qui me coûte quelques dollars à fabriquer, que je fais grimper le prix au point que vous ne puissiez plus vous permettre de l’acheter et que vous mourez, que suis-je ? », a-t-il lancé, sans toutefois prononcer le mot « meurtrier », scandé par certains de ses partisans lors d’une réunion la veille.

« On peut qualifier les responsables de compagnies pharmaceutiques de ce qu’on veut, mais de mon point de vue, ce qu’ils font implique de la corruption. C’est de l’entente sur les prix », a-t-il ajouté, promettant de prendre des mesures anti-trust contre les entreprises pharmaceutiques s’il était élu à la présidence.

Les prix de l’insuline, qui sont fixés par le marché, ont beaucoup augmenté ces dernières années aux États-Unis. Au Canada, un organisme indépendant détenant des pouvoirs quasi judiciaires, le Conseil d’examen du prix des médicaments brevetés, veille à ce que les médicaments ne soient pas vendus à des prix excessifs.

Les voyages d’Américains dans le pays voisin pour acheter des médicaments commencent à susciter des inquiétudes au Canada. Selon la chaîne CBC, une quinzaine d’organisations représentant des travailleurs du secteur ont écrit à la ministre de la Santé pour demander des mesures afin de prévenir d’éventuelles pénuries.