Le policier qui aurait été poignardé par un Montréalais dans un aéroport du Michigan a indiqué au procès qu'une fois blessé au cou, il avait combattu l'envie de s'allonger par terre, de peur de ne plus jamais se relever.

Mis à jour le 9 nov. 2018
ASSOCIATED PRESS

Le lieutenant Jeff Neville a raconté vendredi sa version de l'agression au procès d'Amor Ftouhi, accusé de terrorisme et d'autres crimes.

Le ressortissant tunisien, installé à Montréal, était entré aux États-Unis à Champlain, dans l'État de New York, puis s'était rendu à Flint, en juin 2017.

Selon le gouvernement américain, l'accusé voulait poignarder le policier, lui prendre son arme et tirer sur d'autres personnes dans l'aérogare.

Le lieutenant Neville a soutenu vendredi qu'il avait perdu toute sensation dans son visage à la suite de l'attaque au couteau - une agression qu'il « n'oubliera jamais », a-t-il témoigné.