Source ID:; App Source:

L'ouragan Florence déferle sur la côte est américaine

La ville de Wilmington, en Caroline du Nord,... (PHOTO AFP)

Agrandir

La ville de Wilmington, en Caroline du Nord, était sous une pluie continue dans l'après-midi.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Wilmington

La côte atlantique américaine se préparait vendredi à subir de plein fouet l'impact de l'ouragan Florence qui, avec des pluies diluviennes poussées par des vents violents, menace de provoquer des inondations catastrophiques.

L'ouragan reste dangereux, même s'il a été rétrogradé en catégorie 1, sur l'échelle Saffir-Simpson, qui en compte cinq, a averti le Centre national des ouragans (NHC). Avec des vents calculés à 150 km/h, à des niveaux très proches de la deuxième catégorie, l'oeil du cyclone se trouvait à 95 kilomètres de Wilmington, en Caroline du Nord, à 23 h selon l'institut.

Dans cet État, plus de 150 000 foyers étaient privés d'électricité à la même heure, selon le service local de gestion des urgences.

La ville portuaire de Wilmington était battue par des rafales qui faisaient vaciller les arbres les plus ténus et les feux tricolores suspendus, alors que la pluie avait un peu faibli dans la soirée, selon un journaliste de l'AFP.

Presque une déception pour Matthew et Kevin Goricki, qui se promenaient torse nu dans les rues de la vieille ville. « Ce n'est pas aussi fort qu'annoncé », lance Matthew.

« Nous étions à Victoria Beach hier [mercredi] avant l'évacuation, et le patron d'un bar de plage, qui savait qu'il allait tout perdre, a offert nourriture et boissons à tous les clients. À condition de donner de bons pourboires aux serveurs », ajoute-t-il.

Vue de Florence à bord d'un Lockheed C-130J Super... (REUTERS) - image 2.0

Agrandir

Vue de Florence à bord d'un Lockheed C-130J Super Hercules.

REUTERS

Rester ouvert

Une poignée de bars étaient encore ouverts à la tombée de la nuit. Le patron du Bar Local, Denis Mancinelli, avait même profité d'une accalmie pour sortir sa guitare électrique et attirer les quelques passants. « Je resterai ouvert tant que les conditions le permettront », assure-t-il.

Un peu plus loin, deux jeunes en claquettes et chemises à fleurs se demandaient s'ils seraient capables de traverser à la nage la rivière Cape Fear malgré le courant et ses eaux agitées.

Florence, qui a ralenti sa course, se dirige désormais vers la côte à 7 km/h, et son oeil pourrait atteindre la côte vendredi avant de s'enfoncer dans les terres, renforçant l'inquiétude des autorités.

« L'eau charriée quand il était de catégorie 4 est déjà en approche, la montée des eaux de 1,8 m à 2,7 m arrivera », a affirmé Steve Goldstein, responsable de l'Agence fédérale océanique et atmosphérique (NOAA), alors que les vagues portées par la marée commençaient à submerger les zones côtières.

« Le plus important, c'est l'eau, a-t-il souligné. La menace des vents s'est un peu éloignée, mais cela reste un ouragan très dangereux et puissant. »

Environ 1,7 million de personnes ont été sommées de se mettre à l'abri, loin du littoral.

À plusieurs centaines de kilomètres au sud, des habitants ont profité dans l'après-midi de l'immense plage de Myrtle Beach, en Caroline du Sud. Certains faisaient même du surf sur les premières grosses vagues amenées par l'ouragan, qui était à 230 km de la plage à 20 h GMT.

Comme à Wilmington, la célèbre station balnéaire de Caroline du Sud ressemblait à une ville-fantôme : rues désertes, stations essence fermées et fenêtres calfeutrées.

Un couvre-feu a été instauré, comme dans plusieurs autres localités de la côte atlantique, et les autorités avaient appelé la population à évacuer dès mardi. Pour ceux qui n'ont pas voulu ou pu partir, plusieurs centres d'accueil ont été mis en place.

Dans un refuge près de Myrtle Beach, Rebecca Cheledlik, une retraitée de 71 ans, se dit heureuse de rencontrer ses nouveaux voisins. « Pour moi, c'est comme une fête, je vis seule, alors ça ressemble à des vacances », sourit-elle.

Des gens attendaient Florence sur la plage de Myrtle... (REUTERS) - image 3.0

Agrandir

Des gens attendaient Florence sur la plage de Myrtle Beach, jeudi.

REUTERS

Coupures de courant

En s'approchant de la côte, Florence devrait décharger ses pluies torrentielles de longues heures le long du littoral, puis à l'intérieur des terres, accentuant le risque d'inondations.

Selon le service national météorologique (NWS), environ 4,9 millions de personnes devraient subir des précipitations de plus de 25 cm dans les cinq prochains jours.

« Les inondations à l'intérieur des terres sont très meurtrières, et c'est ce qui arrivera », a averti Brock Long, chef de l'Agence fédérale des situations d'urgence.

« L'infrastructure sera endommagée, le courant sera coupé, a-t-il poursuivi. Cela pourrait durer des jours, voire plusieurs semaines ».

Au total, entre un et trois millions d'usagers pourraient être victimes de coupures de courant dans les deux États de Caroline, a indiqué le fournisseur d'électricité Duke Energy, basé dans la région. Près de 3000 électriciens étaient arrivés jeudi en renfort de plusieurs États voisins pour rétablir le courant une fois l'ouragan passé, a indiqué la compagnie sur Twitter.

Plus de 1000 vols ont déjà été annulés à l'approche de l'ouragan, selon les médias.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer