La politique de l'immigration de l'administration Trump parfois brouillonne et souvent imprévisible menace l'économie américaine alors que le marché de l'emploi tourne à plein régime, ont mis en garde jeudi les patrons de grandes entreprises américaines.

Publié le 23 août 2018
AGENCE FRANCE-PRESSE

Dans une lettre envoyée à la ministre à la Sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen, la Business Roundtable --un groupe de pression qui rassemble nombre des dirigeants d'entreprises américains les plus capés-- lui demande de revoir sa politique.

«Peu (de travailleurs) vont déménager leurs familles et s'installer dans un nouveau pays si le gouvernement peut les forcer à tout moment à partir de suite, sans prévenir et souvent sans explication», dénonce la lettre.

«Alors qu'un nombre record de postes sont à pourvoir à cause du manque de main-d'oeuvre, ce n'est pas le moment de restreindre l'accès au talent», dénonce le courrier signé entre autres par Tim Cook, le patron d'Apple, Jamie Dimon, qui dirige la première banque américaine JPMorgan Chase, le PDG de Coca-Cola James Quincey ou celui du groupe hôtelier Marriott, Arne Sorenson.

«Par souci d'équité envers ces employés --et pour éviter dépenses inutiles et complications pour les entreprises américaines-- le gouvernement américain ne devrait pas changer les règles au milieu du gué», ajoutent les grands patrons, qui avaient déjà dénoncé la politique de tolérance zéro de l'administration Trump qui avait mené à la séparation de centaines d'enfants de leurs parents tentant d'entrer aux États-Unis.

En revanche, le groupe s'était félicité des baisses massives d'impôts et la dérégulation menée depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche.