Le président Donald Trump a déclaré l'état d'urgence à Hawaï, ouvrant le déblocage de fonds fédéraux avant le passage imminent de l'ouragan Lane dans l'archipel, les autorités craignant que l'État ne soit « fortement touché » par ses vents violents.

Mis à jour le 23 août 2018
AGENCE FRANCE-PRESSE

Selon le dernier bulletin du Centre national des ouragans du Pacifique (CPHC), publié à 11 h jeudi, Lane se trouvait à 335 kilomètres des côtes de Kailua-Kona, àl'ouest de l'île principale, et à 490 kilomètres d'Honolulu, la capitale de l'État.

Porté par des vents soufflant à 215 km/h, il avançait à 11 km/h, en légère baisse par rapport à mercredi.

L'oeil de l'ouragan « avancera très près ou au-dessus de parties des îles principales d'Hawaï plus tard aujourd'hui jusqu'à vendredi », précise cette même source.

Les répercussions sur les terres pourraient être dévastatrices.

« Des pluies excessives associées à Lane toucheront les îles d'Hawaï en fin de semaine, menant à des crues soudaines et des éboulements importants, et mettant la vie des gens en danger », avertit ce bulletin du CPHC.

Face à ces prévisions, les autorités américaines sont inquiètes : « L'État sera fortement touché », a prévenu Jeff Byard, un responsable de l'Agence fédérale des situations d'urgence (FEMA).

« Nous nous attendons à ce que les populations soient isolées à cause de la pluie, que les communications soient irrégulières », a-t-il ajouté.

La proclamation d'état d'urgence mercredi doit justement permettre à la FEMA « d'apporter une aide adéquate pour soutenir les mesures d'urgence nécessaires », a expliqué jeudi la Maison-Blanche dans un communiqué.

Les habitants faisaient des réserves d'eau, de nourriture et de provisions d'urgence face à l'arrivée imminente de l'ouragan.

« Pluies torrentielles »

Mercredi, le président avait invité sur Twitter les habitants à se préparer à l'arrivée de cette puissante tempête, actuellement de catégorie 4 (sur 5) sur l'échelle Saffir-Simpson tandis que la US Navy annonçait que ses navires et sous-marins avaient commencé à quitter la base de Pearl Harbor pour se mettre à l'abri en mer.

Une « alerte ouragan » est par ailleurs en vigueur pour l'île d'Hawaï, la principale de l'archipel, pour l'île Oahu, où se trouve la capitale de l'État, Honolulu, ainsi que pour le comté de Maui, composé de plusieurs îles, dont celles de Maui, Lanai, Kahoolawe et une partie de Molokai. Cela signifie que des conditions dignes d'un ouragan (vent, pluie, vagues) sont prévues dans ces zones.

Les météorologistes du National Weather Center ont averti que cet ouragan risquait de mettre la sécurité des habitants en danger, avec « des vents dévastateurs » et « des pluies torrentielles ».

Le gouverneur de l'État, David Ige, avait déclaré mardi l'état d'urgence dans une partie du territoire, afin de débloquer des moyens supplémentaires et de fournir de l'aide aux éventuels sinistrés.

« L'ouragan Lane n'est pas un ouragan sage, a-t-il prévenu. Je n'ai jamais vu de modifications aussi importantes des prévisions de trajectoire comme j'en ai vues avec cette tempête ».

Le Centre national des ouragans du Pacifique a néanmoins prévu un affaiblissement progressif de la force des vents au cours des deux prochains jours.