Les piratages informatiques menaçant les États-Unis s'accentuent, notamment en provenance de la Russie, a averti le chef du renseignement américain Dan Coats, juste avant le premier sommet bilatéral entre les présidents Donald Trump et Vladimir Poutine.

Publié le 14 juill. 2018
AGENCE FRANCE-PRESSE

« Les signaux d'alerte sont là. Ils clignotent. C'est pourquoi j'estime que nous avons atteint une situation critique », a déclaré M. Coats vendredi lors d'un colloque à Washington.

Ces attaques hostiles, « incessantes et invasives », ne visent pas simplement à perturber le cours normal de la démocratie américaine, notamment les élections de mi-mandat qui vont se tenir en novembre, a prévenu M. Coats.

« Les acteurs russes et autres tentent aussi d'exploiter nos vulnérabilités dans nos infrastructures vitales », a souligné le responsable.

Selon Dan Coats, les « pires » auteurs de cyberattaques sont la Russie, la Chine, l'Iran et la Corée du Nord, mais la Russie est « l'acteur étranger le plus agressif, sans aucun doute. Et ils continuent leurs efforts pour saper notre démocratie », a-t-il insisté.

Les autorités américaines ont inculpé vendredi douze agents du renseignement russe pour avoir piraté les ordinateurs du parti démocrate lors de la campagne présidentielle de 2016, qui a été remportée par le candidat républicain, Donald Trump.