Le président américain Donald Trump a menacé jeudi de retirer de Californie les agents fédéraux des services de l'immigration, en réaction à la politique jugée pro-immigrés de cet État, le plus riche et le plus peuplé des États-Unis.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Évoquant lors d'une réunion à la Maison-Blanche sur la sécurité des écoles et les armes à feu la politique migratoire de la Californie, qui résiste ouvertement à sa ligne dure anti-immigration, M. Trump a prévenu qu'un retrait de ces agents pourrait provoquer une vague de criminalité en Californie.

«Franchement, c'est une honte ces affaires de villes sanctuaires», a-t-il dit en référence aux quelque 300 collectivités locales californiennes qui défient l'administration Trump en refusant de coopérer avec la police de l'immigration pour l'aider à arrêter des sans-papiers.

«Nous ne recevons aucune aide de l'État de Californie», a ajouté le président américain, accusant les autorités locales de protéger le gang ultra-violent MS-13. «Franchement, si je voulais retirer tous nos agents de Californie, on aurait une criminalité comme vous n'en avez jamais vu».

M. Trump, qui compare fréquemment les immigrés à des criminels, a fait de la sécurité aux frontières et de la lutte contre l'immigration des priorités pendant sa campagne présidentielle de 2016.

«Dans les deux mois, ils nous supplieraient de revenir», a-t-il poursuivi. Les Californiens «nous supplieraient. Et vous savez quoi? J'y pense sérieusement».