La Russie constitue la principale menace pour l'ordre libéral voulu par le monde occidental, a averti mercredi le vice-président américain démocrate Joe Biden au Forum de Davos.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«La principale menace (...) provient d'acteurs externes qui s'emploient à fracturer l'ordre libéral international», a déclaré M. Biden devant le Forum économique mondial dans la ville suisse de Davos, deux jours avant de quitter son poste.

«Je ne vais pas mâcher mes mots, ce mouvement est conduit principalement par la Russie», a-t-il ajouté tout en mentionnant également la Chine et des acteurs du Moyen-Orient.

Le président russe Vladimir Poutine «travaille avec tous les outils disponibles pour rogner le projet européen», a dit M. Biden.

Selon lui, le président russe «teste les lignes de faille entre pays occidentaux» et s'emploie à faire revenir le monde vers un système «défini en zones d'influence».

«Nous avons même vu des cyberattaques contre des partis politiques et des individus aux États-Unis», a-t-il insisté, se référant au rapport du renseignement américain accusant la Russie d'avoir interféré dans l'élection de Donald Trump comme président des États-Unis.

Le discours de M. Biden constitue également un avertissement direct au républicain Donald Trump qui veut prioritairement améliorer les relations avec la Russie.

«Leur objectif est clair, faire s'effondrer l'ordre libéral international», a-t-il assuré.

Le vice-président s'exprimait au lendemain du président chinois Xi Jinping qui a enthousiasmé Davos, où il était le premier chef d'État chinois à se rendre, avec un vibrant plaidoyer pour le libre-échange, autre critique implicite de Donald Trump et de ses menaces de barrières douanières.