Le Texas a procédé mercredi à l'exécution d'un prisonnier qui avait été reconnu coupable en 2002 d'avoir allumé un incendie ayant tué trois enfants, dont sa propre fille âgée d'un an.

Publié le 19 nov. 2015
AGENCE FRANCE-PRESSE

Raphael Holiday, un Afro-Américain de 36 ans, a reçu une injection létale dans une prison de cet État du sud des États-Unis, et est décédé mercredi à 20 h 30, a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'administration pénitentiaire locale.

Il avait été condamné à la peine capitale pour un triple infanticide. Les victimes, âgées de 1, 5 et 7 ans, étaient ses deux belles-filles et sa propre fille, selon des documents rendus publics par le procureur du Texas.

Holiday, en conflit avec son épouse et soumis à une injonction judiciaire de ne pas la rencontrer, avait passé outre dans la soirée du 5 septembre 2000.

Il avait fait irruption dans la maison familiale, sa femme s'enfuyant chercher de l'aide. Arme au poing, il avait forcé la grand-mère des fillettes à répandre de l'essence dans l'habitation, avant d'y mettre le feu.

Le Texas a procédé à 13 exécutions en 2015, soit la moitié des 26 enregistrées cette année aux États-Unis, selon le Centre d'information sur la peine de mort (DPIC).