Après les traces de peinture verte découvertes vendredi sur le célèbre mémorial Lincoln, des actes similaires de vandalisme ont été repérés lundi dans la cathédrale et un musée de Washington, et une femme a été interpellée.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«De la peinture verte a été découverte lundi après-midi dans la chapelle Bethléem» de la cathédrale nationale de Washington, indique un communiqué de l'église qui précise que la peinture, «encore humide», avait été répandue sur la console de l'orgue.

De la peinture a également été retrouvée dans la «chapelle des enfants», à un autre niveau du bâtiment.

Peu de temps après, une femme a été interpellée en relation avec ces actes de vandalisme, a indiqué la police sans plus de détails.

La cathédrale nationale, épiscopalienne, abrite les grandes célébrations nationales comme les messes en l'honneur des présidents défunts.

Des traces «légères» de peinture verte ont également été découvertes lundi  sur le socle en granit et le pied d'une statue en bronze devant le siège de la Smithsonian Institution, a indiqué l'organisation qui gère de nombreux musées dans la ville.

La police du NPS (National Park Service), le service fédéral des parcs et monuments historiques, «a regardé si la peinture était la même que celle jetée sur le mémorial Lincoln», a ajouté le musée qui n'a pas donné d'autres précisions.

Vendredi, des traces de peinture verte avaient été découvertes au mémorial Abraham Lincoln, sur le bas de l'imposante statue en l'honneur du 16e président américain qui a mis fin à la guerre de Sécession.

Le mémorial, qui attire des millions de visiteurs et devant lequel Martin Luther King avait notamment prononcé son fameux discours «I have a dream», a rouvert après avoir brièvement fermé.

Les équipes de nettoyage sont à l'oeuvre, ayant déjà enlevé 90% de la peinture projetée, indique le NPS.

L'enquête policière est toujours en cours.