Les États-Unis ont désigné vendredi huit compagnies iraniennes du secteur pétrochimique contrôlées par le gouvernement iranien dans le cadre des sanctions imposées à Téhéran, selon un communiqué du Trésor américain.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le gouvernement américain vise l'industrie pétrochimique parce qu'«alors que les revenus que l'Iran tire du pétrole continuent de se réduire du fait des sanctions internationales, le gouvernement iranien se tourne de plus en plus vers d'autres industries pour compenser son manque à gagner», affirme le Trésor.

Tout le secteur pétrolier iranien est déjà sous le coup de sanctions américaines et l'annonce de vendredi ne fait que désigner de nouvelles entreprises de ce secteur, dont les sociétés pétrochimiques Bandar Imam Petrochemical, Bou Ali Sin Petrochemical, Mobin Petrochemical et Tabriz Petrochemical.

Les États-Unis ont aussi désigné plusieurs entreprises de transport aérien du Kirghizstan, d'Ukraine et des Émirats Arabes Unis pour avoir loué et vendu des appareils aux compagnies aériennes iraniennes Mahan Air et Iran air, qui figurent elles aussi depuis longtemps sur la liste noire américaine.

Depuis plusieurs années, l'ONU et les Occidentaux imposent un arsenal de sanctions à l'Iran pour tenter de dissuader Téhéran de se doter de l'arme atomique sous couvert d'un programme civil de développement de l'énergie nucléaire, ce dont se défend la République islamique.