Un ancien agent de la CIA, John Kiriakou, accusé d'avoir divulgué des renseignements secrets à des journalistes, a plaidé coupable mardi devant un tribunal fédéral d'avoir révélé le nom d'un agent de la CIA et a été condamné à deux ans et demi de prison.

Publié le 23 oct. 2012
AGENCE FRANCE-PRESSE

Employé de l'agence américaine de renseignement de 1990 à 2004, Kiriakou a reconnu avoir révélé à la presse le nom d'un agent impliqué dans le programme d'interrogatoires musclés de détenus soupçonnés d'appartenir à Al-Qaïda dans les prisons secrètes de la CIA.

Âgé de 47 ans, John Kiriakou était devenu célèbre en décembre 2007, sous l'administration Bush, en accordant un entretien à la chaîne de télévision ABC, lors duquel il avait confirmé pour la première fois que la technique de la simulation de noyade avait été utilisée contre Abou Zoubaydah, détenu de Guantanamo passé par ces prisons secrètes.

Dans un communiqué, le directeur de la CIA David Petraeus a salué l'accord de plaider coupable conclu par John Kiriakou, même si quatre autres chefs d'inculpation ont été abandonnés.

« Cela marque une importante victoire pour notre agence, pour la communauté du renseignement et pour notre pays. Les serments ont une importance », affirme M. Petraeus, rappelant que cette condamnation est « la première depuis 27 ans » pour divulgation de l'identité d'un agent.

En 1985, une agente de la CIA, Sharon Scranage, avait plaidé coupable d'avoir confié le nom d'autres agents à son petit ami et avait été condamnée à cinq ans de prison, selon Steven Aftergood, de la Fédération des scientifiques américains (FAS).

John Kiriakou avait d'abord refusé en avril de plaider coupable devant le tribunal fédéral d'Alexandria, en Virginie. En acceptant finalement un accord, il permet d'éviter un procès dont l'issue était pour lui incertaine.