Le Sénat américain a confirmé jeudi soir la nomination de John Bryson, un ancien dirigeant de société, comme nouveau secrétaire au Commerce des États-Unis.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Les élus ont approuvé cette nomination, annoncée par le président Barack Obama le 31 mai dernier, par 74 voix contre 26.

M. Bryson, qui succède à Gary Locke, nommé en mars ambassadeur à Pékin, est l'ancien PDG d'Edison International, une compagnie d'électricité basée en Californie et fait partie des instances dirigeantes de l'avionneur Boeing et de la société Walt Disney.

«Ses décennies d'expérience aussi bien dans le secteur public que dans le secteur privé lui ont apporté une solide compréhension de ce qu'il faut pour remettre les États-Unis sur des bases économiques plus solides et pour créer des emplois», a écrit le président Obama dans un communiqué après le vote.

En mai, la Maison-Blanche avait précisé que la mission de M. Bryson sera en particulier de «poursuivre les mesures entreprises pour parvenir à l'objectif défini par le président de doubler les exportations américaines dans les quatre prochaines années afin de soutenir des millions d'emplois américains».

Avocat de formation, diplômé des prestigieuses universités de Yale et Stanford, M. Bryson fait partie des fondateurs du «Natural Resources Defense Council», un groupe de défense de l'environnement.

M. Obama a abondamment puisé dans le monde de l'entreprise pour renouveler son équipe de collaborateurs après la défaite de ses alliés démocrates aux élections législatives de la mi-mandat en novembre 2010.

Le secrétaire général de la Maison-Blanche, William Daley, nommé par M. Obama en janvier 2011, a été dirigeant bancaire et a siégé au côté de M. Bryson chez Boeing.

M. Obama avait aussi nommé en janvier le PDG de General Electric, Jeffrey Immelt, à la tête du nouveau Conseil pour l'emploi et la compétitivité, puis recruté l'un des fondateurs du géant américain de l'internet AOL, Steve Case, pour diriger une nouvelle campagne nationale destinée à promouvoir l'entrepreneuriat.

Les républicains du Sénat avaient demandé au président Obama de soumettre des accords de libre-échange avec Panama, la Colombie et la Corée du Sud, avant de donner leur feu vert pour la nomination d'un nouveau secrétaire au Commerce.

Les trois accords ont été adoptés par le Congrès la semaine dernière.