Le président américain Barack Obama a annoncé, vendredi, l'envoi d'une centaine de soldats en Afrique centrale pour aider à combattre l'Armée de résistance du seigneur, un groupe rebelle accusé de meurtres, de viols et de recrutement forcé d'enfants soldats depuis deux décennies.

Mark S. Smith ASSOCIATED PRESS

Dans une lettre envoyée au Congrès, Barack Obama explique que les soldats agiront comme conseillers dans la traque du chef du groupe rebelle, Joseph Kony. Les soldats américains ne participeront pas aux combats sauf en cas de légitime défense.

La Maison-Blanche a indiqué que les premiers soldats du contingent étaient arrivés en Ouganda, mercredi. Ils se déploieront aussi au Soudan du Sud, en République centrafricaine et en République démocratique du Congo.

L'Armée de résistance du seigneur (Lord's Resistance Army, LRA), longtemps considérée comme l'un des groupes rebelles les plus brutaux d'Afrique, a commencé à mener des attaques en Ouganda il y a plus de 20 ans, mais le mouvement a été repoussé vers l'ouest.

L'administration Obama et des groupes de défense des droits de la personne affirment que les atrocités commises par la LRA ont fait des milliers de morts et forcé plus de 300 000 personnes à fuir. Le groupe rebelle est accusé d'avoir enlevé de nombreux enfants pour grossir ses rangs, ainsi que des jeunes filles pour servir d'esclaves sexuelles.

Joseph Kony est recherché par la Cour pénale internationale depuis 2005 en vertu d'un mandat d'arrêt pour crimes contre l'humanité en Ouganda, son pays d'origine.

Des responsables du Pentagone ont expliqué que l'essentiel du contingent serait composé de membres des unités d'élite, qui protégeront et entraîneront des unités de combat africaines. La plupart des soldats seront basés dans les capitales régionales pour travailler avec les responsables gouvernementaux et militaires locaux afin de lutter contre les rebelles et protéger les civils.

Des responsables du département d'État ont expliqué que ce déploiement s'inscrivait dans le cadre d'une stratégie plus large de lutte contre la LRA.

Le porte-parole de l'armée ougandaise, le colonel Felix Kulayigye, a salué l'arrivée du contingent américain. «Nous savons qu'ils s'en viennent et nous en sommes heureux. Nous avons hâte de travailler avec eux pour éliminer Kony et ses combattants», a-t-il dit.