Les autorités de la santé publique du Sierra Leone ont donné son congé d'hôpital à la dernière patiente atteinte d'Ebola connue, lundi.

Publié le 24 août 2015
Clarence Roy-MacAulay ASSOCIATED PRESS

Si aucun autre cas de la maladie n'est rapporté d'ici les prochains 42 jours, le Sierra Leone sera déclaré exempt du virus qui a tué près de 4000 personnes dans ce pays.

Le président de l'État, Ernest Bai Koroma, a présenté un certificat de congé à Adama Sankoh, une femme de 40 ans dont le fils est décédé de cette maladie, le mois dernier.

M. Koroma a reconnu que la lutte contre l'Ebola «n'était pas encore terminée».

Mme Sankoh a remercié tout le personnel qui l'a soignée au cours de sa maladie. Elle a promis d'être la dernière personne atteinte du virus au Sierra Leone.

Si le Sierra Leone est déclaré exempt du virus, il n'y a aura qu'un seul pays à être encore aux prises à la maladie: la Guinée. Une épidémie y a tué plus de 11 200 personnes à la fin de 2013.

Comme le veulent les règles de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Sierra Leone devra attendre 42 jours - l'équivalent de deux périodes d'incubation - sans qu'un nouveau cas de maladie ne soit rapporté pour être déclaré exempt.

En mai dernier, l'OMS a officiellement déclaré la fin de la transmission du virus Ebola au Libéria. La maladie a depuis ce temps fait quelques réapparitions dans ce pays.

Par ailleurs, la première réunion du Comité d'examen sur l'efficacité du «Règlement sanitaire international dans le cadre de la flambée Ebola» mis sur pied par l'OMS se déroule lundi et mardi. Son rôle est d'évaluer l'efficacité du Règlement concernant la prévention, la préparation et la riposte à l'épidémie de maladie à virus Ebola. Il examinera aussi les liens avec le cadre d'action d'urgence et les autres responsabilités humanitaires de l'Organisation mondiale de la Santé.