Source ID:; App Source:

3000 militaires américains pour lutter contre l'Ebola

Le président Barack Obama tentera mardi de «faire... (PHOTO BRENDAN SMIALOWSKI, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le président Barack Obama tentera mardi de «faire reculer» l'épidémie d'Ebola en annonçant l'envoi de quelque 3000 militaires américains en Afrique de l'Ouest.

PHOTO BRENDAN SMIALOWSKI, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola
Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

Jérôme CARTILLIER
Agence France-Presse
WASHINGTON

Le président Barack Obama tentera mardi de «faire reculer» l'épidémie d'Ebola en annonçant l'envoi de quelque 3000 militaires américains en Afrique de l'Ouest pour participer à la lutte contre le virus qui a déjà fait plus de 2400 morts.

M. Obama doit présenter son plan d'action lors d'une visite au siège des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), à Atlanta.

L'essentiel des efforts américains sera concentré au Liberia, l'un des trois pays les plus touchés par le virus avec la Sierra Leone et la Guinée. Un centre de commandement qui assura la coordination des opérations sera installé dans la capitale, Monrovia, a indiqué un responsable américain sous couvert d'anonymat.

Les militaires participeront en particulier à la construction de nouveaux centres de traitement dans les zones les plus touchées et le gouvernement américain aidera au recrutement et à la formation des membres du personnel chargés de les gérer.

Les États-Unis mettront en place un centre permettant la formation de 500 travailleurs sanitaires par semaine pendant au moins six mois.

«Pour combattre cette épidémie à la source, nous devons mettre en place une véritable réponse internationale», a indiqué un responsable américain sous couvert d'anonymat, estimant que le plan qui sera présenté par M. Obama devrait contribuer à «faire reculer» l'épidémie, la plus grave de l'histoire de cette fièvre hémorragique identifiée en 1976.

Dans ce cadre, l'Agence américaine pour le développement international (USAID) distribuera, en partenariat avec l'UNICEF, des kits de protection destinés aux 400 000 familles les plus vulnérables du Liberia.

À ce stade, les États-Unis ont déjà consacré 100 millions de dollars à la lutte contre le virus. L'USAID a annoncé son intention de débloquer 75 millions de dollars pour augmenter en particulier le nombre de centres de traitements.

L'administration Obama a par ailleurs demandé au Congrès le déblocage de 88 millions de dollars supplémentaires. Le vote, dont l'issue favorable semble acquise, devrait avoir lieu cette semaine. Sur ce total, 30 millions seront consacrés à l'envoi de matériel et d'experts sur le terrain et 58 millions au développement de traitements et de vaccins.

«Réponse collective insuffisante»

Il n'existe actuellement aucun médicament ni vaccin homologué contre l'Ebola. Un vaccin expérimental, efficace sur des singes, fait l'objet d'un essai clinique depuis début septembre aux États-Unis. Si les résultats sont probants, il pourrait être prêt avant fin 2015.

Plus de 100 experts des CDC se trouvent sur le terrain en Afrique de l'Ouest et nombre d'autres sont mobilisés sur l'épidémie à Atlanta.

Le Conseil de sécurité de l'ONU tiendra une réunion d'urgence jeudi sur l'épidémie. L'ambassadeur américain à l'ONU, Samantha Power, qui préside le Conseil en septembre, a précisé que Washington souhaitait que cette réunion débouche sur «des engagements concrets».

«Nous pouvons contenir l'épidémie et il faut éviter de céder à la panique (...), mais notre réponse collective n'a pas été suffisante», a-t-elle affirmé, soulignant qu'il était très inhabituel que le Conseil, chargé de veiller à la paix et à la sécurité internationales, se saisisse d'un dossier de santé publique.

Le président américain avait annoncé il y a une semaine que les États-Unis enverraient des moyens militaires, tout en restant évasif sur leur ampleur. Depuis cette annonce, le Pentagone n'avait dévoilé aucun projet de taille autre qu'un hôpital de campagne d'une capacité de 25 lits qui doit être envoyé au Liberia.

«Sans un accroissement massif des ressources sous forme de lits d'hôpital, de personnel et d'équipements, nous ne serons pas en mesure de contrôler la situation», estimait il y a quelques jours, dans un entretien à l'AFP, le docteur Anthony Fauci, directeur de l'Institut américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID).

«Nous devons faire quelque chose sur une échelle plus grande que ce que nous faisons actuellement», ajoutait-il, jugeant nécessaire «une sorte de présence militaire (...) pour leurs capacités logistiques de transport des équipements».




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer