Le nouveau pape argentin, François, a téléphoné mercredi soir à son prédécesseur, le pape émérite Benoît XVI, qu'il «rencontrera dans les prochains jours», et célèbrera sa messe inaugurale mardi prochain.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Dans un bref point de presse, le porte-parole du Saint-Siège, le père Federico Lombardi, a donné d'autres rendez-vous du nouveau pape de 76 ans, élu par le conclave mercredi soir.

Son premier déplacement aura lieu jeudi matin, quand il se rendra dans la basilique romaine Sainte-Marie Majeure, pour prier la Vierge Marie. Ce sera un déplacement très privé, a indiqué le porte-parole.

Jeudi après-midi, le pape argentin célébrera une messe avec l'ensemble des cardinaux dans la chapelle Sixtine, et vendredi matin il leur donnera audience dans la Salle Clémentine au Vatican.

Samedi, il recevra tous les journalistes et les responsables de la communication dans la grande salle d'audience Paul VI.

Dimanche, il prononcera son premier Angelus sur la place Saint-Pierre.

Les cardinaux, en élisant mercredi pour la première fois un pape non-européen depuis le Syrien Grégoire III au VIIIe siècle, «ont eu le courage de passer l'Océan et d'élargir la perspective de l'Église», a commenté le porte-parole, lui-même jésuite comme le nouveau pape.

Le père Lombardi a salué aussi «le témoignage de grande simplicité» et «l'acceptation d'un service à rendre» à l'Eglise que le nouveau pape a manifestés dans sa première déclaration aux fidèles.

«Il a fait un beau geste en demandant leur bénédiction et en s'inclinant» devant eux, avant de leur accorder sa propre bénédiction urbi et orbi, a-t-il relevé.

Cette attitude de service et de simplicité est «dans la continuité de Benoît XVI», a-t-il ajouté, en soulignant que François Ier s'était écarté de la formule préparée en latin pour cette occasion.

En choisissant le cardinal argentin, les cardinaux ont montré qu'ils ne privilégiaient pas quelqu'un qui cherche «le pouvoir et l'autorité» mais «un pape qui veut servir», a estimé le père Lombardi.