La NSA, l'agence américaine chargée des interceptions de communication, qui a violé les lois sur la vie privée à des milliers reprises selon le Washington Post, s'est défendue vendredi en affirmant «enquêter» sur chaque «erreur».

Publié le 16 août 2013
AGENCE FRANCE-PRESSE

Le quotidien américain, s'appuyant sur un audit interne fourni par l'ex-consultant Edward Snowden, a révélé que l'agence de renseignement commettait des milliers d'infractions aux lois sur le respect de la vie privée en collectant des données de communications d'Américains.

Cet audit «contient un niveau de détails et d'analyse qui n'est pas systématiquement partagé avec le Congrès ou la cour spéciale» secrète, la FISC, chargés de contrôler les activités de la NSA.

Sollicitée par l'AFP, l'agence de renseignement a affirmé vendredi que ses «activités de collecte du renseignement étranger sont continuellement auditées et supervisées en interne et en externe».

«Quand nous faisons une erreur (...), nous la notifions en interne et aux superviseurs fédéraux et allons au fond du problème», ajoute l'agence.

L'audit, réalisé en mai 2012, a recensé 2776 incidents au cours des douze mois précédents. La plupart ne sont pas intentionnels, mais dus à des défaillances ou au non-respect des procédures habituelles.

L'un d'eux concerne la captation et le stockage du trafic de données transitant par un câble fibre-optique. Selon le quotidien, ce n'est qu'en octobre 2011, «des mois après le début du programme», que la FISC a considéré que cette action était «anticonstitutionnelle».

La NSA se défend également sur ce point, assurant informer les autorités de supervision «à la fois par un compte-rendu immédiat et des rapports périodiques».

Les personnels chargés de s'assurer du respect des lois par la NSA comprennent «plus de 300 personnes, un chiffre multiplié par quatre depuis 2009», plaide dans un communiqué le directeur du département du contrôle interne John DeLong.