La chef de la diplomatie de l'Union européenne Catherine Ashton a qualifié d'«inacceptable» dimanche le projet israélien de construire de nouveaux logements à Jérusalem-Est annexée, estimant qu'il allait à l'encontre des engagements d'Israël.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le projet de construction de 2600 nouveaux logements à Givat Hamatos (à Jerusalem-est) et la légalisation des implantations en Cisjordanie vont à l'encontre «des engagements contenus dans la feuille de route», a regretté Mme Ashton dans un communiqué publié au cours de la nuit de samedi à dimanche.

La «feuille de route» est un plan de règlement élaboré par le Quartette pour le Proche-Orient (États-Unis, Union européenne, ONU, Russie) devant mener à la création d'un État palestinien.

«Les colonies sont illégales du point de vue de la loi internationale», a souligné Mme Ashton avant d'appeler Israël à renoncer à ce projet de nouvelles constructions.

Vendredi, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a accusé Israël de provoquer la communauté internationale après des informations ayant fait état d'un projet de construction d'une nouvelle colonie à Jérusalem-Est annexée.

Les constructions envisagées à «Givat Hamatos sont particulièrement inquiétantes car elles supprimeraient la continuité géographique entre Jérusalem et Bethléem», a ajouté Mme Ashton.

Au moment où le Quartette pour le Proche-Orient tente de relancer les négociations entre Israéliens et Palestiniens, Mme Ashton a estimé que la poursuite de la colonisation était contraire «aux engagements» d'Israël dans le cadre de ce processus.

«Les deux parties (Israël et Palestiniens) sont responsables de l'instauration d'un climat de confiance propice aux négociations», a poursuivi la chef de la diplomatie européenne.

Le Quartette pour le Proche-Orient a proposé le 23 septembre à New York une reprise des négociations de paix pour aboutir à un accord final fin 2012. Le Quartette a fait cette proposition le jour où le président palestinien Mahmoud Abbas a présenté une demande d'adhésion d'un État de Palestine aux Nations unies.

L'Autorité palestinienne a averti qu'elle refuserait de reprendre des pourparlers directs avec Israël depuis que ce pays a mis fin en septembre 2010 au gel de la colonisation.

Le communiqué de Mme Ashton a été publié avant qu'Israël ne rende publique une liste de 477 prisonniers palestiniens devant être relâchés la semaine prochaine en échange de la libération du soldat israélien Gilad Shalit, détenu à Gaza depuis plus de cinq ans.