Source ID:; App Source:

Le prince Philip réagit «de façon satisfaisante» à l'opération

Le duc d'Edimbourg doit rester jusqu'à deux semaines... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Le duc d'Edimbourg doit rester jusqu'à deux semaines à la London Clinic, en plein coeur de la capitale, où il a été amené en voiture jeudi, après avoir assisté comme si de rien n'était à une garden party à Buckingham.

PHOTO REUTERS

Anne Laure MONDESERT
Agence France-Presse
Londres, Royaume-Uni

Le prince Philip, mari de la reine Élisabeth II,  a subi vendredi une «opération exploratoire» sous anesthésie générale à l'abdomen à trois jours de son 92e anniversaire et «réagissait de façon satisfaisante», a annoncé vendredi soir le palais de Buckingham.

La reine, qui a inauguré formellement dans la journée les nouveaux locaux de la BBC sur le mode du «business as usual», a pour sa part rétorqué à un animateur radio qui lui disait avoir trouvé le duc d'Édimbourg en forme jeudi : «c'est parce qu'il n'est pas malade».

«Les résultats vont être analysés» et «à ce stade précoce», «il réagit de façon satisfaisante», a déclaré le palais dans un communiqué.

Le prince doit rester jusqu'à deux semaines à la London Clinic, en plein coeur de la capitale, où il a été amené en voiture jeudi, après avoir assisté comme si de rien n'était à une «garden-party» à Buckingham.

Le palais royal a pris soin de préciser que ce séjour à l'hôpital, qui fait suite à un examen médical mené la semaine dernière, était programmé, et s'est voulu rassurant sur l'état de santé du prince.

Les médias, citant des spécialistes, évoquaient pour certains une coelioscopie, technique chirurgicale consistant à réaliser une petite incision pour introduire une caméra dans la cavité abdominale. The Times parlait quant à lui d'une «laparotomie», impliquant une plus grande ouverture généralement pratiquée pour détecter ou opérer une éventuelle tumeur.

En tout état de cause, la perspective d'une anesthésie générale pour un homme de son âge a suscité des inquiétudes et de nombreux journalistes faisaient le pied de grue devant la clinique.

Le premier ministre David Cameron a rendu vendredi hommage au duc d'Édimbourg «tenu dans la plus haute estime par la population à travers tout (le) pays».

«C'est un serviteur de l'État extraordinairement dévoué et un tel soutien pour notre souveraine que tout le pays, j'en suis sûr, pense à lui, à la famille royale et lui souhaite un bon rétablissement», a ajouté le chef du gouvernement.

Le prince Philip jouit en effet d'une forte popularité: il recueille les opinions favorables de 74 % des Britanniques, selon un sondage You Gov d'août dernier.

Cet homme élancé, particulièrement dynamique, a connu depuis 18 mois une série de problèmes de santé, qui ne l'ont toutefois pas empêché de remplir de nombreux engagements publics, dont un voyage éclair, au Canada en avril dernier.

«Il y a probablement peu de nonagénaires dans ce pays qui ont un programme chargé comme le sien. C'est quelqu'un qui, comme la reine, pense que la façon de régler ses états d'âme est de continuer à remplir ses devoirs, faire ce que vous avez prévu de faire», remarquait sur la BBC la spécialiste de la royauté Kate Williams.

La reine avait déjà dû se passer de celui qu'elle considère comme son «roc» lors d'une réception lundi soir, quand il s'était fait excuser pour une «extinction de voix».

Mais il s'était rendu le lendemain à la messe à l'abbaye de Westminster célébrant le 60e anniversaire du couronnement d'Élisabeth et était apparu en forme aux côtés de la souveraine.

Peu avant son hospitalisation jeudi, il a aussi participé dans l'après-midi, en queue-de-pie et haut-de-forme, à une réception dans les jardins du palais de Buckingham, où il a été vu en train de discuter, souriant et racontant des blagues selon un témoin.

Il s'agit de la quatrième hospitalisation du prince Philip depuis fin 2011. Il avait été opéré d'urgence pour une artère coronaire bouchée en décembre 2011, une intervention qui l'avait empêché d'assister aux traditionnelles célébrations de Noël de la famille royale.

En 2012, il avait été hospitalisé à deux reprises pour une infection urinaire, qu'il avait contractée la première fois après avoir passé plusieurs heures, debout sous la pluie, pendant la parade nautique organisée à l'occasion du jubilé de diamant de la reine, marquant les 60 ans de règne d'Élisabeth II.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer