Même s'ils ont perdu une dizaine de sièges, les républicains ont conservé leur majorité à la Chambre des représentants, l'une des deux assemblées législatives du Congrès.

Vincent Brousseau-Pouliot LA PRESSE

Les républicains ont obtenu 239 sièges et les démocrates 196 sièges, selon les résultats préliminaires du New York Times au moment de publier. Les démocrates ont ainsi obtenu 8 sièges de plus qu'aux dernières élections en 2014, mais il leur manquera 22 sièges pour contrôler la Chambre des représentants (la majorité est atteinte à 218 sièges).

Le Parti républicain contrôle la Chambre des représentants depuis les élections législatives de 2010, durant le premier mandat du président Barack Obama. Aux élections législatives de 2014, les républicains avaient accru leur avance à la Chambre de 234 à 247 sièges. En perdant une dizaine de sièges hier, ils retournent aujourd'hui essentiellement à leur majorité de 2012.

L'EFFET FBI

En fin de campagne, les démocrates ne se faisaient plus d'illusions sur leurs chances de reprendre le contrôle de la Chambre des représentants. La leader de la minorité démocrate à la Chambre Nancy Pelosi en tenait responsable notamment le directeur du FBI James Comey pour sa conduite dans l'enquête des courriels d'Hillary Clinton en fin de campagne. 

Avant le dévoilement des résultats, Mme Pelosi avait indiqué que le directeur du FBI était « devenu sciemment ou non l'acteur politique le plus important du pays » et qu'il avait créé « un obstacle que nous espérons surmonter, mais que ce [serait] difficile ». Parmi les 12 gains projetés des démocrates, l'ex-gouverneur de la Floride Charlie Crist a été élu comme représentant démocrate.

Les républicains ont contrôlé la Chambre des représentants de façon interrompue entre 1994 et 2006, avant que les démocrates leur ravissent la majorité en 2006 durant la présidence de George W. Bush pour la détenir pendant quatre ans jusqu'en 2010. Les démocrates ont contrôlé la Chambre de 1954 à 1994. La Chambre des représentants compte 435 élus qui ont des mandats de deux ans.