Le président Barack Obama va se rendre demain dans le New Jersey, l'un des États les plus durement touchés par l'ouragan meurtrier Sandy, a annoncé aujourd'hui la Maison-Blanche.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Demain (mercredi) après-midi, le président se rendra au New Jersey, où il rejoindra le gouverneur Christie pour inspecter les dégâts de la tempête, parler à des habitants [...] et remercier les membres des services d'urgence qui ont risqué leur vie», a précisé le porte-parole de la présidence, Jay Carney, dans un communiqué.

Quelques minutes plus tôt, M. Obama s'était rendu au siège de la Croix-Rouge à Washington. Il a souligné que la crise due à la colossale dépression qui s'est abattue sur le nord-est des États-Unis depuis lundi n'était pas terminée.

Il a affirmé que les conséquences de Sandy sont «déchirantes pour l'ensemble du pays» et assuré aux sinistrés: «Les États-Unis sont avec vous.»

Si M. Obama a de facto suspendu sa campagne électorale en vue de la présidentielle, dans une semaine jour pour jour, sa visite au New Jersey sera observée à la loupe d'un point de vue politique: le sénateur Chris Christie est l'un des lieutenants de l'adversaire de M. Obama, Mitt Romney.

Mais ce matin M. Christie n'a eu que des mots aimables pour M. Obama, qu'il a félicité pour sa gestion décisive de l'assistance fédérale à son État.

«Le président a été formidable. Je lui ai parlé trois fois hier, il m'a appelé la dernière fois à minuit pour me demander ce dont j'avais besoin, et je lui ai demandé d'accélérer la déclaration de catastrophe majeure», a-t-il expliqué sur la chaîne MSNBC.

«Il n'a pas parlé une seule fois des élections, et si lui-même, qui est candidat, n'en parle pas, vous pouvez être sûr que les habitants du New Jersey ne s'y intéressent pas non plus», a ajouté le gouverneur sur CNN.

Et sur Fox News, alors qu'on lui demandait s'il s'attendait à ce que M. Romney vienne au New Jersey pour inspecter les dégâts, M. Christie, connu pour son franc-parler, a repoussé avec vigueur une telle idée.

«J'ai un boulot à faire, ici, dans le New Jersey, qui est bien plus important que de la politique politicienne», a-t-il assuré. J'ai 2,4 millions de personnes sans électricité. La côte est dévastée, le nord de mon État est inondé. Si vous croyez que j'en ai quelque chose à faire, de la présidentielle, vous me connaissez mal.»

M. Romney, de son côté, a quitté aujourd'hui l'Ohio, où un de ses rassemblements de campagne a été transformé en opération humanitaire, bien qu'une vidéo politique à sa gloire ait été diffusée au début du rassemblement, dans la ville de Kettering.

Il est attendu ce soir en Floride, où il doit prononcer trois discours électoraux demain mercredi. Mais des attaques contre le président sortant pourraient être mal perçues au moment où M. Obama sera vu à la télévision en train de visiter des zones sinistrées, qui plus est au côté de M. Christie, l'un des plus fidèles alliés du républicain.

Photo AFP

Mitt Romney