La montre de Bush

Mis à jour le 16 oct. 2012
Richard Hétu, collaboration spéciale LA PRESSE

Un image et une phrase mémorables ressortent du premier débat présidentiel de type assemblée publique. C'est arrivé en 1992. Il s'agit de celle de George Bush père regardant sa montre au beau milieu de son affrontement avec Bill Clinton et Ross Perot, comme s'il avait quelque chose de plus urgent à faire que de défendre son bilan à la Maison-Blanche. L'image avait renforcé l'opinion déjà répandue selon laquelle le président sortant était déconnecté de la réalité des Américains ordinaires. La phrase inoubliable est celle de Bill Clinton, qui a dit à un chômeur auquel George Bush venait d'offrir une réponse plate: «I feel your pain» («Je ressens votre douleur»). Empathie 101.

L'«agression» de Gore

Critiqué pour sa passivité lors du deuxième débat présidentiel de la campagne de 2000, Al Gore a donné l'impression d'avoir mangé du lion avant de se présenter sur la scène de son dernier affrontement contre George W. Bush, dont le format était celui du town hall. À un moment, le vice-président s'est approché du gouverneur du Texas à grandes enjambées, comme s'il voulait lui sauter dessus. Bush, qui était en train de répondre à une question, a d'ailleurs sursauté sur son tabouret avant de saluer son rival avec un bref signe de tête, un geste qui a fait rire l'assistance. Tout le monde avait compris que Gore venait d'envahir l'espace vital de son rival de façon incongrue.

PHOTO ARCHIVES AP

Le président sortant George Bush père semble pressé d'en finir avec le débat qui l'oppose au démocrate Bill Clinton et à l'indépendant Ross Perot, lors de la présidentielle de 1992.

Les cent pas de John McCain

Heureusement pour John McCain, Twitter n'en était encore qu'à ses premiers gazouillis en octobre 2008 lors de son deuxième face-à-face contre Barack Obama. Les «twitteux» en auraient eu long à dire sur le comportement du sénateur de l'Arizona, qui a arpenté la scène pendant tout le débat, comme s'il cherchait la porte de sortie. Les animateurs de talk-shows de fin de soirée à la télé américaine ont vite récupéré cette image pour dépeindre le candidat républicain comme un vieil homme grincheux et dépassé. McCain aurait également provoqué une avalanche de commentaires sur les réseaux sociaux après avoir utilisé l'expression «that one» («celui-là») pour parler de Barack Obama, son rival qu'il avait même refusé de regarder pendant le premier débat présidentiel. Dès le lendemain, des partisans du candidat démocrate ont mis en vente des t-shirt avec l'image de ce dernier accompagné par l'expression «That One».

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Le républicain John McCain contre le démocrate Barack Obama, en ocotobre 2008.