Cette fois, ils ne resteront pas plantés derrière leur lutrin. Pour le deuxième débat présidentiel, qui a lieu ce soir à Hempstead, près de New York, Barack Obama et Mitt Romney seront assis sur des tabourets et pourront se déplacer sur la scène pour s'approcher des membres de l'assistance - quelque 80 électeurs indécis -, d'où viendront la majorité des questions. La journaliste de CNN Cindy Crowley, modératrice du débat, relancera sans doute les candidats sur certains sujets. Voici trois moments-clés survenus lors de débats semblables et cinq éléments à suivre durant le débat de ce soir.

Mis à jour le 16 oct. 2012
Richard Hétu et Nicolas Bérubé LA PRESSE

>>> Suivez EN DIRECT le débat Obama c. Romney avec nos deux journalistes, le chef de division politique internationale Alexandre Sirois, accompagné ce soir au clavardage par Maryse Tessier. Le tout débute à 20h.



1. Obama retrouvera-t-il sa verve?

Entre deux séances de préparation pour son premier débat contre Mitt Romney, il y a deux semaines, le président Obama a confié à des électeurs de Las Vegas que tout cela était «long et pénible». Après sa performance désastreuse, le président est désormais plus circonspect. Hier, la porte-parole du camp Obama, Jen Psaki, a noté: «Le président a pris chaque séance de préparation pour le débat au sérieux. Cette fois-ci, il réalise que c'est sérieux.» Un sondage Pew dévoilé hier montre que 41% des électeurs s'attendent à ce qu'Obama remporte ce débat, contre 37% pour Romney. La veille du premier débat, un sondage similaire a montré que le public donnait à Obama une avance de 22%.

2. Romney change de discours

Mitt Romney a fait des vagues lors du premier débat lorsqu'il a nié vouloir réduire les impôts des contribuables nantis et signalé que «personne ne perdra l'assurance maladie» sous sa présidence. Ces deux affirmations ont par la suite été rectifiées par la campagne de Romney. Cette fois, Obama n'entend pas laisser Romney dire ce qu'il veut sur scène. «Si Romney déforme les faits, le président sera respectueux, mais ferme, et corrigera l'information», a affirmé hier Jen Psaki, porte-parole du camp Obama.

3. Convaincre les indécis

Les échanges corsés dans les débats font de bons clips pour la télé, mais les sondages montrent que les électeurs indécis n'aiment pas la chicane. Lynn Vavreck, professeure de sciences politiques à l'UCLA, qui suit un groupe d'électeurs indécis depuis l'an dernier, a noté que la majorité des gens ont déjà décidé pour qui ils allaient voter. Le président «possède l'avantage chez les électeurs qui font leur choix à la dernière minute», conclut-elle dans une récente analyse.

4. Le candidat du changement

En 2008, les électeurs américains voulaient du changement. En 2012, ils veulent... du changement. Une dynamique qui pourrait nuire au président, qui doit défendre une reprise économique lente et difficile. Des électeurs pourraient décider qu'Obama a bien fait son travail depuis quatre ans, mais qu'il est temps de donner une chance à Romney. «Le danger pour Obama est que Romney devienne le candidat du changement, a noté hier le sondeur démocrate Stan Greenberg. Le débat offrira à Obama la chance d'essayer d'empêcher cette idée de prendre racine.»

5. Interactions avec les électeurs

Des trois débats organisés entre Obama et Romney, celui de ce soir est le seul au cours duquel la foule participera et posera des questions. Hier, Chuck Todd, chef de bureau de NBC News à la Maison-Blanche, a noté que les regards seraient tournés vers Romney, qu'on dit peu à l'aise dans les conversations spontanées avec les électeurs. «Qu'est-ce qui empêche Mitt Romney de conclure la vente? Sa personnalité, son charisme... Les gens veulent savoir: il n'est peut-être pas un des nôtres, mais est-ce qu'il nous comprend?» Ce sera le principal défi du candidat républicain: montrer qu'il comprend les problèmes que vivent les Américains moyens.