Dennis Rodman, l'ancienne vedette extravagante du basket américain et visiteur fréquent de Pyongyang, a assuré qu'il serait à Singapour mardi prochain pour le sommet tant attendu entre Donald Trump et Kim Jong-un, et ce même si la Maison-Blanche a déjà nié toute implication de sa part dans cette rencontre.

Publié le 9 juin 2018
AGENCE FRANCE-PRESSE

« Grâce à mes commanditaires [...] je vais m'envoler pour Singapour pour ce sommet historique », a tweeté l'ancienne vedette de la NBA vendredi.

« Je suis prêt à apporter toute l'aide dont ont besoin mes amis, Donad Trump et le Maréchal Kim Jong-un », a-t-il ajouté.

Le message était assorti d'un photomontage le représentant, hilare, aux côtés du président américain et du dirigeant nord-coréen sous les drapeaux des deux pays.

L'ancien coéquipier de Michael Jordan avec les Bulls de Chicago s'est rendu cinq fois à Pyongyang depuis l'arrivée au pouvoir de Kim, grand fan de basket, qu'il appelle son « ami pour la vie ».

« Il y a un an, le 15 juin, j'ai donné le livre The Art of the Deal au ministre [des sports, NDLR] Kim Il-guk à Pyongyang », a également tweeté Rodman samedi matin, en référence au livre de Donald Trump.

« J'espère que tout le monde l'aura lu avant le sommet historique de Singapour le 12 juin », a-t-il également écrit.

Alors que le New York Post avait annoncé que l'excentrique ancienne gloire de la NBA serait du voyage à Singapour, la Maison-Blanche a nié jeudi toute implication de sa part dans ses discussions.

« Je ne vois pas quel rôle le meilleur preneur de rebonds de l'histoire du basket peut jouer dans cette affaire », a expliqué Hogan Gidley, porte-parole de l'exécutif américain, sur Fox News.

« Il est formidable sur le parquet mais les négociations devraient être menées par ceux qui savent comment s'y prendre », a-t-il ajouté.

« Je l'aime bien, c'est un bon mec, mais il n'a pas été invité », a confirmé Donald Trump dans la foulée.

Reste donc à déterminer ce que Rodman fera précisément le 12 juin à Singapour.