Le chanteur Wyclef Jean, écarté de la course à la présidentielle haïtienne en août, était dimanche à Port-au-Prince à la tête d'une manifestation pour demander l'annulation du scrutin en raison de «fraudes» au profit du candidat du parti au pouvoir, a constaté l'AFP.

AGENCE FRANCE-PRESSE

M. Jean défilait au côté de Michel Martelly, un des favoris à la présidentielle, pour que l'élection soit annulée. M. Martelly ainsi que onze autres candidats à la succession du président René Préval ont demandé plus tôt dimanche que le scrutin soit annulé en raison de «fraudes» opérées pour favoriser Jude Célestin, candidat d'Inite («Unité» en français), le parti de M. Préval.

«On ne doit pas voler le vote populaire», a dit Wyclef Jean à l'AFP alors que le cortège se dirigeait vers le centre-ville de Port-au-Prince.

Plusieurs centaines de personnes participaient à cette manifestation qui avait commencé dans une ambiance festive.

Alors que 12 des 18 candidats à l'élection présidentielle ont réclamé l'annulation du scrutin, le CEP (Conseil électoral provisoire) a indiqué dimanche que le vote se poursuivrait.

«Le vote se poursuit», a affirmé le président du CEP Gaillot Dorsainvil précisant que l'instance, «la seule à pouvoir annuler des élections (...) évaluerait le vote» en fin de journée «pour voir s'il y a lieu de réorganiser des élections» dans certains bureaux.

Par ailleurs, les diplomates amis d'Haïti se sont réunis dimanche, selon une source diplomatique qui a indiqué à l'AFP qu'ils entendaient demander «aux candidats à la présidence d'appeler leurs partisans au calme et aux plus hautes autorités du pays à prendre leurs responsabilités pour que la situation se calme».