Voici les principaux acteurs de la crise égyptienne depuis le coup d'État qui a renversé le président Mohamed Morsi.

Mis à jour le 16 août 2013
Éric-Pierre Champagne LA PRESSE

Mohamed Morsi

Premier président élu d'Égypte, Mohamed Morsi a été porté au pouvoir en juin 2012 après la révolution qui a permis aux Égyptiens de renverser l'ancien président Hosni Moubarak. Morsi est finalement renversé par l'armée le 3 juillet dernier. «Il a grandement contribué à sa chute, affirme Henry Habib, professeur de science politique à l'Université Concordia. Il ne gouvernait pas comme le président de l'Égypte, mais comme le président des Frères musulmans.»

Abdel Fattah al-Sissi

C'est le nouvel homme fort de l'Égypte. Ironiquement, le général Abdel Fattah al-Sissi a été nommé ministre de la Défense et président du Conseil suprême des forces armées par Mohamed Morsi en août 2012. Moins d'un an plus tard, al-Sissi mène le coup d'État qui envoie le président Morsi en prison. Le général affirme alors répondre à la volonté du peuple. «Ce n'est pas un simple technocrate de l'armée, affirme Jabeur Fathally, professeur en droit civil à l'Université d'Ottawa. Il a certainement des ambitions politiques.»

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Le groupe jihadiste, basé dans la péninsule du Sinaï, a menacé de s'attaquer au chef de l'armée, Abdel Fattah al-Sissi (ci-dessus).

Mohamed El-Baradei

Mohamed El-Baradei a démissionné mercredi de son poste de vice-président de l'Égypte pour protester contre l'intervention militaire à l'endroit des partisans de l'ex-président Morsi. L'ancien directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Prix Nobel de la paix en 2005, passe mal auprès du peuple égyptien. «Il a des allures d'intellectuel égaré. Les Égyptiens sont sceptiques à son endroit, signale Jabeur Fathally. C'est un expatrié. Sa façon de faire est plus occidentale qu'égyptienne.»

PHOTO AFP

Mohamed El-Baradei

Hazem al-Beblawi

Économiste de carrière, Hazem al-Beblawi a été nommé premier ministre dans la foulée du renversement du président Morsi. Il a salué hier la police pour «sa très grande retenue» dans des affrontements qui ont finalement fait plus de 570 morts. «Hazem al-Beblawi ne peut rien dire sans avoir le feu du général al-Sissi, croit M. Fathally. C'est un technocrate qui fait de la politique. C'est en réalité le bâton politique du général al-Sissi.»

PHOTO ARCHIVES AFP

Hazem al-Beblawi

Mohammed Badie

Mohammed Badie est devenu en 2010 le huitième Guide suprême des Frères musulmans. Après le renversement du président Morsi, il a été accusé d'incitation au meurtre au début du mois de juillet. Son procès doit débuter le 25 août. «Je suis sûr qu'il continue de passer ses messages, affirme Henry Habib. Et pour plusieurs Égyptiens, il est devenu une victime du système.»

PHOTO AFP

Mohammed Badie