Le Conseil national de transition (CNT), au pouvoir en Libye, va dédommager les combattants, les blessés et les familles des «martyrs» de la guerre qui a renversé le régime du colonel Mouammar Kadhafi, a affirmé mercredi son président Moustapha Abdeljalil.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Le CNT va mettre en place une autorité en charge d'aider à la réintégration des combattants vers la vie civile», a déclaré M. Abdeljalil, qui s'exprimait à Benghazi (est) au cours d'une réunion sur le sujet organisée par une ONG locale.

«Les familles des martyrs, les blessés et les combattants eux-mêmes seront dédommagés», a-t-il assuré.

«Nous ne disposons pas d'assez de financements pour le moment (...), nous vous demandons d'être patients», a expliqué M. Abdeljalil, précisant que le CNT donnait actuellement la «priorité au traitement des blessés» et à la fourniture des services de base à toute la population.

Début octobre, à l'occasion de la reconduction de son exécutif provisoire, le CNT avait annoncé la mise en place d'un nouveau ministère des «Martyrs et des victimes de guerre», portefeuille attribué à Ahmed Kissa.

L'insurrection populaire hostile au colonel Kadhafi, qui avait éclaté mi-février à Benghazi avant de se transformer en conflit armé, a fait plus de 25 000 morts selon le CNT.

Soutenus par l'Otan les forces pro-CNT affirment tenir la grande majorité du pays, à l'exception de Syrte, région d'origine du «Guide» déchu et toujours aux mains des fidèles de l'ancien régime qui oppose une résistance acharnée dans cette ville côtière à 360 km à l'est de Tripoli.