Le porte-parole du régime déchu de Mouammar Kadhafi, Moussa Ibrahim, n'a pas été capturé comme l'ont annoncé jeudi des commandants du Conseil national de transition, a affirmé vendredi un site internet pro-Kadhafi.

Jay Deshmukh AGENCE FRANCE-PRESSE

«Moussa Ibrahim n'a pas été arrêté, il s'agit d'une rumeur mensongère destinée à détourner l'attention des mouvements des rebelles (...) et de leur échec face à la force des héros de Syrte», affirme le site de la chaîne de télévision Allibiya, qui a arrêté d'émettre depuis la chute de Tripoli en août.

Jeudi, le commandant Moustapha ben Dardef, de la brigade de Zenten, dépendant des nouvelles autorités du Conseil national de transition (CNT), avait annoncé: «Les combattants de Misrata nous ont contactés pour nous annoncer que Moussa Ibrahim avait été capturé».

Un autre commandant, Mohammed al-Marimi, avait déclaré: «Moussa Ibrahim a été capturé par les révolutionnaires de Misrata alors qu'il roulait à bord d'une voiture hors de Syrte». Il a cité des informations selon lesquelles Moussa Ibrahim était habillé en femme sans pouvoir le confirmer.

Moussa Ibrahim était en fuite depuis la chute de Tripoli aux mains des ex-rebelles avec la prise du QG de Mouammar Kadhafi.

Les combattants de Misrata, ville située à l'ouest de Syrte, participent à l'assaut lancé il y a deux semaines par les forces du CNT contre Syrte, l'un des derniers bastions du régime déchu qui oppose toujours une résistance farouche aux anti-Kadhafi.

Plusieurs sources au sein des nouvelles autorités libyennes avaient affirmé ces dernières semaines que Moussa Ibrahim se trouverait dans l'oasis de Bani Walid, encerclé par les forces anti-Kadhafi.

Ce bastion du régime déchu situé à 170 km au sud-est de Tripoli, résiste lui aussi à l'offensive des forces du CNT.

La semaine dernière, Moussa Ibrahim, cité par la télévision Arraï basée à Damas, avait encore appelé à la «résistance» faisant état de «victoires qualitatives» notamment à Bani Walid et Sebha, un autre bastion désormais aux mains des pro-CNT.