Source ID:; App Source:

Syrie: la Russie «tue et tuera les terroristes», à Idleb ou ailleurs

Vladimir Poutine lors d'une viste en Syrie, le... (AP)

Agrandir

Vladimir Poutine lors d'une viste en Syrie, le 12 décembre 2017.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise dans le monde arabe

International

Crise dans le monde arabe

Consultez notre dossier complet sur les tumultes, conflits et guerres qui ont suivi le «Printemps arabe». »

Agence France-Presse
Moscou

La Russie «tue et tuera les terroristes», que cela soit à Idleb, dernier bastion échappant aux forces gouvernementales sous la menace d'une offensive du régime, ou ailleurs en Syrie, a déclaré jeudi la porte-parole de la diplomatie russe.

«Nous avons tué, nous tuons et nous tuerons les terroristes (...) Et peu importe qu'ils se trouvent à Alep, à Idleb ou en d'autres points de la Syrie», a déclaré Maria Zakharova, citée par les agences russes.

«Il en va de notre sécurité», a-t-elle ajouté.

Quatre avions de l'armée russe ont bombardé mardi des cibles de Hayat Tahrir al-Cham (HTS, formé de membres de l'ex-branche d'Al-Qaïda) dans la région d'Idleb, dernier grand bastion insurgé du nord-ouest de la Syrie.

Le régime de Damas ambitionne de reprendre cette région, dominée à 60% par Hayat Tahrir al-Cham et qui compte également une multitude de groupes rebelles.

Des centaines de civils ont fui la province d'Idleb pour trouver refuge dans des territoires plus au nord par crainte d'un assaut des forces gouvernementales, a rapporté jeudi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui indique que le sud-est d'Idleb a été la cible jeudi matin de frappes d'artillerie du régime.

En cas d'offensive, l'ONU et la communauté internationale craignent une catastrophe humanitaire d'une ampleur inédite dans la région d'Idleb, où vivent près de trois millions d'habitants, dont la moitié sont des déplacés, d'après l'ONU.

Ces déclarations de la diplomatie russe interviennent à la veille d'un sommet qui doit réunir vendredi à Téhéran les chefs d'État iranien, russe et turc, dont les pays parrainent les belligérants en Syrie.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer