La Suisse a restitué près de 1,7 milliard de francs suisses (1,85 milliard CAN) aux pays d'origine des avoirs illicites déposés dans les banques suisses, dans le contexte du «printemps arabe», selon un communiqué publié mardi par le ministère des Affaires étrangères à Berne.

Publié le 24 janv. 2012
AGENCE FRANCE-PRESSE

«C'est plus que toutes les autres places financières comparables», a-t-on ajouté de même source.

Selon le communiqué, «la restitution d'avoirs illicites constitue un élément clé du dispositif mis en place par la Suisse pour protéger sa place financière et pour lutter contre la criminalité financière internationale».

La Suisse a publié ce chiffre de 1,7 milliard de CHF à l'occasion d'une réunion internationale d'experts qui s'est tenue les 23 et 24 janvier à Lausanne, consacrée au recouvrement des avoirs illicites détenus par les potentats liés au printemps arabe.

Ce séminaire a réuni 40 experts de l'entraide internationale, issus de 15 pays, ainsi que des représentants d'organisations internationales.

La justice suisse a par ailleurs élargi son enquête sur les avoirs tunisiens et égyptiens bloqués dans la Confédération, car elle soupçonne désormais une possible «organisation criminelle».

«En plus des soupçons de blanchiment d'argent», les enquêteurs soupçonnent «aussi désormais» une possible «organisation criminelle», a indiqué lundi à l'AFP, une porte-parole du Ministère public de la Confédération, Jeannette Balmer.