La chaleur étouffante qui règne sur une large partie du Japon depuis le 6 juillet a déjà tué au moins 62 personnes rien qu'à Tokyo et envoyé des milliers d'individus victimes de malaises à l'hôpital, selon les informations compilées par les médias.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Depuis un peu moins de trois semaines, la température dépasse allègrement 30 voire 35 degrés à l'ombre dans un grand nombre de sites de l'est, du centre et de l'ouest de l'archipel.

Plusieurs centaines de personnes sont chaque jour hospitalisées quelques heures à cause de cette canicule, parfois des groupes entiers d'écoliers ou plus souvent des vieillards.

La plupart des victimes décédées sont âgées de plus de 65 ans. On les retrouve inanimées chez elles, dans dans leur jardin, voire sous leur serre.

Les autorités recommandent certes d'économiser de l'électricité à cause d'un déficit de production lié à l'absence de réacteurs nucléaires, mais elles invitent néanmoins à utiliser à bon escient les climatiseurs personnels (qui équipent la plupart des foyers), sans quoi la température dans des maisons peu aérées peut devenir insoutenable.

Des bénévoles rendent parfois visite aux vieillards pour les inciter à boire régulièrement et à régler correctement leur climatiseur, mais ces dispositions restent insuffisantes, tout comme les appels à la prudence régulièrement relayés par les médias.

La saison des pluies a été peu intense et s'est terminée très tôt dans l'est du Japon cette année. Elle a immédiatement été suivie depuis le 6 juillet de journées torrides, tandis que des régions du nord-ouest sont aux contraire victimes de précipitations infernales.