(Wellington) La première ministre Jacinda Ardern a exhorté lundi les Néo-Zélandais à « réprimander » les personnes enfreignant les restrictions liées à la COVID-19 au moment où la colère monte à la suite d’une série d’infractions qui ont contraint Auckland à être à nouveau confinée.

Agence France-Presse

Cette mesure intervient moins de deux semaines après un confinement de trois jours de la principale ville du pays.

Très agacée, Mme Ardern, qui a jusqu’à présent été saluée pour sa très bonne gestion de la pandémie, a qualifié ces infractions d’« intolérables ».

Elle a affirmé que certaines personnes à l’origine des dernières contaminations ont ignoré les instructions. Elles ont ainsi refusé de s’isoler comme elles devaient le faire ou de donner les informations sur leurs déplacements afin de permettre d’alerter les cas contacts.

« Ces individus font face au jugement de toute la nation, il y aura des conséquences, sans aucun doute », a déclaré à la presse Mme Ardern.

Le pays n’a enregistré que 26 décès liés au coronavirus pour une population de quelque 5 millions d’habitants, mais Mme Ardern a rappelé que tout le monde doit coopérer.

« Si cela implique de réprimander un membre de sa famille ou un collègue pour ne pas avoir respecté les règles, alors nous devons le faire. Faites-le avec gentillesse, mais faites-le », a-t-elle déclaré.

Les 1,7 million d’habitants d’Auckland sont à nouveau confinés depuis dimanche pour au moins sept jours après la découverte de nouveaux cas de COVID-19.  

Le confinement de trois jours ordonné en février n’avait pas permis d’éviter la propagation d’un foyer de contaminations.

Les craintes se portent notamment sur une famille, qui aurait été en contact avec des membres d’une famille infectée.  

Un de ses membres, qui devait rester à l’isolement, s’est rendu chez un médecin, dans une université et dans une salle de gym, dans l’attente des résultats du test qui ont montré qu’il était porteur du virus.

« Nous payons tous le prix » de leurs actions, a lancé la première ministre qui a dit comprendre la « colère » de la population.

Elle a reconnu qu’il est difficile de savoir si les personnes « disent la vérité » alors qu’il est essentiel de « savoir » pour retrouver les cas contacts.

Lundi, le foyer épidémique à Auckland comprenait 15 cas.

La stratégie de la Nouvelle-Zélande est d’éliminer tout cas de coronavirus grâce à politique très intense de dépistage et à une recherche approfondie des cas contacts.

Les autorités ont la possibilité de prendre des mesures coercitives contre les contrevenants, mais elles n’ont  jusqu’à présent infligé aucune amende pour le non-port du masque dans un avion ou dans les transports publics.