(Manille) Des centaines de milliers de fidèles catholiques ont afflué samedi vers une église de Manille dans l’espoir d’apercevoir une statue de Jésus-Christ réputée pour ses miracles, en dépit des restrictions imposées par l’épidémie de coronavirus.

Agence France-Presse

Ignorant les demandes des autorités les pressant de rester chez eux, les fidèles, portant des masques, se sont rassemblés le long de l’avenue menant à l’église de Quiapo à Manille, où 15 messes étaient données depuis l’aube en l’honneur de la fête du Nazaréen noir, une statue de Jésus-Christ portant sa croix, conservée dans la basilique du même nom.

Les gens faisaient la queue pour entrer ou suivaient depuis le parvis les messes diffusées sur des écrans géants à l’extérieur.

PHOTO ELOISA LOPEZ, REUTERS

Ces scènes contrastent avec la cohue qui accompagne d’habitude ces processions attirant des centaines de milliers de fidèles cherchant tous à toucher la statue, convaincus qu’elle peut guérir les malades.

La statue, grandeur nature, a été apportée aux Philippines au début du XVIIe siècle sous la colonisation espagnole. Noircie selon la légende par les fumées d’un incendie sur le bateau qui la transportait depuis le Mexique, elle parcourt d’habitude les rues bondées de la capitale, mais les autorités ont préféré cette année supprimer cette procession en raison de l’épidémie, une première depuis des décennies.

Et cette fois les fidèles ont dû se contenter de regarder, et non plus toucher, la statue placée hors de portée pour éviter les contaminations. « Je suis tellement heureux de ce que je vois maintenant », a pourtant déclaré George Arevalo, 32 ans, après avoir assisté à la messe, limitée à 400 personnes pour respecter les règles de distanciation physique.

PHOTO AARON FAVILA, ASSOCIATED PRESS

La statue est arrivée à l’église de Quiapo, le 8 janvier.

Arevalo a dit avoir touché la statue pour la première fois en 2017, affirmant que son geste avait permis à sa femme épileptique d’accoucher sans problème d’un enfant en pleine santé.

Le risque de contagion par le coronavirus dans un pays où près de 500 000 personnes ont été infectées, n’a pas non plus effrayé Marlene Ordiales, 58 ans, qui a assuré que le Nazaréen noir la protégeait.

« Je ne me soucie pas de la pandémie, je m’en remets à lui », a-t-elle déclaré à l’AFP avant d’entrer dans l’église.

Des milliers de policiers étaient déployés pour s’assurer des règles de distanciation sociale. Selon le chef de la police de Manille, le général Leo Francisco, des centaines de milliers de personnes avaient afflué jusqu’en milieu d’après-midi.

Durant les semaines précédant la grande journée de samedi, la statue avait fait le tour de plusieurs églises de Manille pour donner aux fidèles l’occasion de la voir, dans un pays où quelque 80 % de la population est catholique.