En France, tous les enfants entre 6 et 16 ans doivent aller à l'école, peu importe leur situation familiale. Dans les bidonvilles roms, c'est pourtant la moitié des enfants rencontrés par la journaliste de Libération qui ne sont pas scolarisés.

LA PRESSE

À qui la faute? Dans deux cas sur trois, c'est la municipalité elle-même qui refuse d'inscrire l'enfant à l'école. «Un maire qui veut expulser un camp installé dans sa commune a tout intérêt à ne pas scolariser les enfants, et ainsi éviter toute mobilisation des parents ou des enseignants», écrit la journaliste. 

Un compte-rendu inquiétant à lire sur Libération >>