Alors que le premier ministre israélien justifie son absence aux obsèques de Nelson Mandela par les coûts du voyage en Afrique du Sud, l'écrivain israélien Yigal Sarna y va d'une tirade contre les dépenses astronomiques du premier couple de l'État hébreu dans les pages du Yediot Aharonot, le plus lu des quotidiens israéliens.

Publié le 11 déc. 2013
LA PRESSE

L'auteur de L'homme qui était tombé dans une flaque en a surtout contre les trois cossues résidences dont disposent Bibi et la Première dame Sara Nétanyahou, «à la charge des contribuables». M. Sarna ne fait pas dans la dentelle, n'hésitant pas à comparer le train de vie des Nétanyahou à celui des Ceaucescu.

À lire sur courrierinternational.com