Il s'est autoproclamé le shérif le plus dur des États-Unis, il est connu pour faire porter des sous-vêtements rose-bonbon aux prisonniers de son comté de Maricopa en Arizona et enquêter sur le lieu de naissance du président Obama. Joe Arpaio, qui a érigé en système le profilage racial dans sa guerre à l'immigration clandestine, croisade qui vise principalement les Hispaniques, s'est entretenu avec le magazine américain The Rolling Stone.

Publié le 14 sept. 2012
LA PRESSE

Conscient que la revue consacrée à la pop culture américaine (la musique étant le sujet de prédilection du mensuel) n'allait certainement pas l'encenser, le policier de 80 ans lance au journaliste du Rolling Stone: « La presse du monde entier parle de ce que je fais. Rien que cette semaine : un grand magazine russe, la BBC... Certains racontent que je cours après la publicité. Des amis à moi m'ont dit que j'étais dingue d'accorder une interview à votre magazine. Mais la polémique, ça m'a plutôt réussi depuis cinquante ans. »

À lire sur courrierinternational.com