(Nairobi) Un violent incendie a ravagé mardi matin la prison centrale de la capitale burundaise Gitega, tuant 38 personnes et en blessant 69 autres, selon un bilan officiel communiqué par le vice-président Prosper Bazombanza.

Mis à jour le 7 déc. 2021
Agence France-Presse

Plusieurs témoins ont indiqué à l’AFP que le feu avait totalement calciné certaines parties de cette prison surpeuplée, qui abritait 1539 détenus (pour 400 places) fin novembre, selon les chiffres de l’administration pénitentiaire.

Selon ces témoins, qui ont décrit d’« immenses flammes », le feu s’est déclaré vers 4 h (21 h HNE), surprenant les détenus dans leur sommeil.

« Nous nous sommes mis à crier que nous allions être brûlés vifs lorsque nous avons vu les flammes qui montaient très haut, mais les policiers ont refusé d’ouvrir les portes de notre quartier en disant “ce sont les ordres que nous avons reçus” », a raconté à l’AFP un détenu, joint par téléphone.

« Je ne sais pas comment j’en ai réchappé, mais il y a des prisonniers qui ont été brûlés totalement », a-t-il affirmé.

En fin de matinée, le vice-président Prosper Bazombanza et quatre ministres (Intérieur et Sécurité publique, Justice, Santé, Solidarité) se sont rendus sur place, tandis que la presse avait été tenue à l’écart du site par un important déploiement de militaires et policiers.

« Court-circuit »

L’incendie est « dû à un court-circuit », a indiqué sur Twitter le ministère de l’Intérieur, du Développement communautaire et Sécurité publique.

Le 21 août, un incendie, déjà causé officiellement par un court-circuit, avait touché un secteur de la prison centrale sans faire de victimes.

Une source policière a indiqué à l’AFP que les secours ont tardé à se rendre sur place mardi matin. Un premier camion de pompiers est arrivé deux heures après le début du feu, avant d’être rapidement rejoint par six autres venus de provinces proches, a-t-elle précisé.  

Construite en 1926, la prison centrale de la capitale politique burundaise Gitega, dans le centre du pays, est la troisième plus grande du pays après celle de Mpimba, située dans la capitale économique Bujumbura, et celle de Rumonge.

Les prisonniers y dénoncent régulièrement leurs conditions de détention, manquant de place et de nourriture.

« Parfois, nous passons jusqu’à trois jours sans être ravitaillés par la prison et nos familles ne peuvent pas nous aider, car depuis juin 2020, nous n’avons plus droit aux visites sous prétexte de nous protéger de la COVID-19 », a raconté l’un d’eux à l’AFP.

L’ONG ACAT-Burundi a confirmé cette situation et souligné qu’elle est répandue dans les onze maisons d’arrêt du pays.

Prisons surpeuplées

La surpopulation carcérale est un problème majeur au Burundi.

Au 26 novembre, on comptait 12 878 détenus pour une capacité 4294 places, selon l’administration pénitentiaire burundaise, malgré l’annonce d’une grâce présidentielle début mars de 5200 détenus afin de désengorger les prisons.

Les premières remises en liberté ont eu lieu en avril.

Pays parmi les plus pauvres au monde, le Burundi est dirigé par le général Évariste Ndayishimiye, élu en juin 2020 après le décès soudain de Pierre Nkurunziza, au pouvoir depuis 2005.

La volonté acharnée de M. Nkurunziza de se faire élire en 2015 pour un troisième mandat controversé avait plongé le pays dans une grave crise marquée par des exécutions sommaires, disparitions, détentions arbitraires, tortures et violences sexuelles contre les dissidents.

Cette crise a fait 1200 morts et poussé à l’exil quelque 400 000 Burundais.