(Freetown) Les autorités de la Sierra Leone ont annoncé jeudi boucler la capitale Freetown et rétablir un couvre-feu nocturne dans tout le pays pour contrer l’augmentation « exponentielle » selon elles des cas de COVID-19.

Agence France-Presse

Ces mesures, comme d’autres rendues publiques jeudi, entrent en vigueur à partir de lundi, pour deux semaines dans un premier temps, indique dans un communiqué le centre gouvernemental de riposte à la maladie.

Les autorités ont décidé de restreindre les entrées et sorties de la Western Area, territoire correspondant à Freetown et ses alentours. Freetown a recensé plus de la moitié des cas de contamination dans le pays.

Les déplacements en dehors de Freetown considérés comme essentiels sont assujettis à un test COVID-19 négatif de moins de 72 heures. Un passe électronique sera introduit « pour réguler les mouvements essentiels », dit le centre. Il sera accessible par une application mobile.

Un couvre-feu est rétabli dans tout le pays de 22 h à 5 h.

Les restaurants et les bars devront rester fermés le week-end et le port du masque demeure obligatoire dans les lieux publics.

« Nous observons depuis décembre 2020 une augmentation exponentielle des cas confirmés de COVID-19, imputable pour une grande part à la période des fêtes », explique le centre gouvernemental.

La Sierra Leone, l’un des pays les plus pauvres du monde, a déclaré 3081 cas de contamination et 77 décès depuis mars 2020.

Quatre cas de contamination sur cinq (80 %) ont été détectés à l’occasion de tests de routine ou sur des voyageurs quittant le territoire, « indication forte d’une transmission communautaire active », c’est-à-dire où la source précise de l’infection est indéterminée, signe de circulation du virus et facteur compliquant la riposte, dit le centre gouvernemental.

L’ancienne colonie britannique de 7,5 millions d’habitants avait été durement touchée par l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, qui avait tué près de 4000 personnes dans le pays entre 2014 et 2016. Elle peine toujours à se remettre d’une guerre civile qui a fait quelque 120 000 morts, près de 20 ans après la fin du conflit.