(Washington) Les États-Unis ont annoncé mercredi avoir mené une frappe aérienne en Somalie contre le groupe État islamique (EI) qui venait d’attaquer l’armée somalienne, tuant sept djihadistes.

Agence France-Presse

Au moment de la frappe non loin du port de Bossasso, sur le golfe d’Aden, des militaires américains « se trouvaient dans la zone pour conseiller et assister les forces somaliennes et partenaires », a précisé le commandement militaire américain pour l’Afrique (Africom) dans un communiqué.

La frappe a tué sept djihadistes a précisé l’Africom, ajoutant qu’à sa connaissance, aucun civil n’a été tué ou blessé.

L’EI, un groupe très modeste en Somalie par rapport aux shebab affiliés à Al-Qaïda, est actif dans la région du Puntland, au nord de la Somalie, où ses combattants ont établi des camps d’entraînement et de stockage d’armes, venant essentiellement du Yémen voisin.  

Les shebab constituent de très loin le principal groupe islamiste radical dans ce pays de la corne de l’Afrique. Ils ont proclamé leur allégeance à Al-Qaïda, organisation à laquelle ils ont été officiellement intégrés en 2012. Mais un petit nombre d’entre eux – environ 200 – a ensuite fait défection au profit de l’EI.

La dernière opération de l’Africom contre l’EI remonte à octobre 2019.