L'Ebola infecte deux professionnels américains et tue un médecin libérien

Le Dr Kent Brandly, à droite, lors d'une... (Photo fournier par Samaritan's Purse, archives Reuters)

Agrandir

Le Dr Kent Brandly, à droite, lors d'une consultation à des patients touchés par le virus Ebola à l'hôpital ELWA de Monrovia, capitale du Liberia.

Photo fournier par Samaritan's Purse, archives Reuters

Agence France-Presse
Washington

Un deuxième professionnel de la santé américain travaillant en Afrique de l'Ouest a été infecté par le virus Ebola, a indiqué une organisation humanitaire dimanche, tandis que le gouvernement libérien a annoncé que l'un des médecins les plus réputés du pays avait succombé à la fièvre hémorragique.

L'Américaine Nancy Writebol a été testée positive au virus dans la même installation médicale du Liberia où un médecin américain a été infecté, a expliqué Ken Isaacs, vice-président des programmes et des relations gouvernementales de l'organisation américaine Samaritan's Purse.

La femme, qui travaille avec l'organisation humanitaire SIM, est dans un état stable, mais grave dans un hôpital de la région de Monrovia, au Liberia, a indiqué M. Isaacs.

M. Isaacs a précisé que le docteur Kent Brantly, 33 ans, qui agit comme directeur médical dans le même centre de soins, était dans un état stable, mais très grave.

Le docteur Brantly a reçu des traitements intensifs dimanche dans un hôpital de Monrovia.

Il est en mesure de parler avec son équipe médicale et de travailler sur son ordinateur, a précisé Melissa Strickland, une porte-parole de Samaritan's Purse.

«Nous avons de l'espoir, mais il n'est pas sorti du bois encore», a précisé Mme Strickland.

Les chances de survie d'un patient atteint de la fièvre hémorragique augmentent s'il est soigné rapidement, et Mme Strickland a indiqué que le docteur Brantly avait lui-même détecté ses symptômes et obtenu des soins immédiatement.

Le virus Ebola, qui est hautement contagieux, est l'une des maladies les plus mortelles du monde. L'Organisation mondiale de la santé affirme que l'épidémie actuelle, la pire de l'histoire, a tué plus de 670 personnes au Liberia, en Guinée et en Sierra Leone depuis la fin de l'année dernière.

Les professionnels de la santé s'exposent à un risque élevé de contracter la maladie, qui se transmet par les fluides corporels.

L'un des médecins les plus réputés du Liberia, le docteur Samuel Brisbane, a succombé au virus, a annoncé le gouvernement libérien dimanche. Il s'agit du premier médecin libérien à mourir de cette maladie. Un médecin ougandais qui travaillait au Liberia a également succombé au virus plus tôt en juillet.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer