Source ID:; App Source:

Centrafrique: l'ONU accuse les soldats tchadiens d'un massacre

Les soldats tchadiens ont quitté Bangui, le 4... (PHOTO GORAN TOMASEVIC, REUTERS)

Agrandir

Les soldats tchadiens ont quitté Bangui, le 4 avril.

PHOTO GORAN TOMASEVIC, REUTERS

Christian PANIKA, Jean-Pierre CAMPAGNE
Agence France-Presse
Bangui

La population de Bangui ne cachait pas sa satisfaction de voir se retirer de la force africaine en Centrafrique l'armée tchadienne, que les Nations unies ont accusée vendredi d'avoir abattu la semaine dernière 30 personnes sans avoir été provoquée.

La polémique sur cette tuerie a duré toute la semaine, les différentes parties en présence donnant des versions contradictoires.

300 personnes avaient également été blessées samedi par les tirs tchadiens à Bangui, selon un nouveau bilan fourni par l'ONU vendredi.

Un porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme, Rupert Colville, a directement accusé les soldats tchadiens d'avoir tiré sans avoir été provoqués. «Ils ont illégitimement ouvert le feu sur la population. Les soldats ont tiré de façon indiscriminée», a-t-il affirmé.

La force africaine en Centrafrique (MISCA), la France qui a déployé 2000 soldats dans le pays, et le gouvernement centrafricain ont, eux, pointé du doigt les miliciens anti-balaka, qu'ils accusent d'avoir attaqué à la grenade le détachement tchadien.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a condamné de son côté des «atrocités épouvantables contre les civils», sans mentionner expressément ces tirs.

Quant au gouvernement centrafricain, il a appris «avec beaucoup de regret l'annonce (...) du retrait de la République centrafricaine des troupes tchadiennes de la MISCA», selon un communiqué du ministre des Affaires étrangères Toussaint Kongo-Doudou.

Le Tchad, acteur-clé de la crise centrafricaine et incontournable puissance régionale, «continuera à accompagner (la Centrafrique) en tant que partenaire dans le processus de la promotion de la paix et de la stabilité», a-t-il cependant assuré.

«Ouf de soulagement»

Dans la population et la presse de Bangui, la tonalité était tout autre et la satisfaction dominait, illustrant la défiance envers les voisins du Nord.

«Adieu les oppresseurs et les envahisseurs de la RCA à la solde d'Idriss Déby Itno», le président tchadien, titrait ainsi le quotidien Centrafric Matin.

«C'est un grand ouf de soulagement (...) C'est le début de solution à la résolution de la crise centrafricaine», affirme un étudiant, Richard Balawa.

Agathe Mandéno, cadre de la Santé, estime que le Tchad a joué un grand rôle dans la descente aux enfers de la Centrafrique: «notre pays est aujourd'hui dans cette situation à cause des Tchadiens. Ils font la pluie et le beau temps en Centrafrique».

Le ressentiment de la population majoritairement chrétienne (80 %) a redoublé depuis la tuerie du week-end dernier, le plus grave impliquant des troupes étrangères en Centrafrique depuis le renversement, en mars 2013, du président François Bozizé par la Séléka, une coalition à dominante musulmane appuyée par le Tchad.

Les soldats tchadiens ont été accusés à plusieurs reprises, depuis l'arrivée au pouvoir de la Séléka, de passivité face aux exactions de celle-ci contre la population, voire de connivence - certains étaient Tchadiens. N'Djamena a toujours démenti avec force.

«Décision irrévocable»

Peu semblaient regretter le départ des Tchadiens au PK-5, enclave musulmane de Bangui où les quelques milliers de personnes restantes sont continuellement harcelées par les milices anti-balaka, groupes à dominante chrétienne formés en réaction aux exactions des combattants Séléka.

«Ce n'est pas grave, ici ce sont les Burundais (de la MISCA) qui nous protègent. Et ils le font plutôt bien», affirme Athaïr, jeune commerçant musulman membre d'un groupe de défense du quartier. «On remercierait presque Dieu que les Tchadiens s'en aillent, car on les accuse de nous protéger, d'être partisans».

Le contingent tchadien, qui avec environ 850 soldats est l'un des principaux fournisseurs de la MISCA (6000 hommes au total), va donc se retirer alors que les forces africaines et l'armée française (2000 soldats) réclament au contraire des renforts pour pacifier le pays.

Mardi, l'Union européenne a décidé d'envoyer une force militaire en Centrafrique, mais ses effectifs - environ 800 hommes - suffiront à peine à combler le vide laissé par les Tchadiens.

Paris a pris «acte» de la décision de N'Djamena, tout en saluant «l'engagement des autorités tchadiennes et l'engagement personnel du président Deby (...) dans la recherche d'une sortie de crise en Centrafrique», a indiqué le ministère français des Affaires étrangères.

La décision tchadienne est irrévocable, a affirmé vendredi sur RFI le ministre tchadien des Affaires étrangères Moussa Faki Mahamat, jugeant que son pays, victime d'un «lynchage systématique», avait «suffisamment encaissé».

Dans un communiqué, Amnistie Internationale a demandé à ce que le départ des soldats tchadiens ne leur garantisse pas l'impunité pour leurs présumées violations des droits de l'homme.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer