Les Nations unies ont appelé mercredi à agir rapidement contre la malnutrition qui touche un enfant sur trois en Somalie du fait de la sécheresse et d'une hausse importante du prix des aliments.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Nous devons agir rapidement», a alerté Mark Bowden, coordinateur humanitaire pour la Somalie auprès de l'ONU. «Si nous ne réagissons pas maintenant, il y aura encore plus de vies perdues à cause de la malnutrition».

«Nous risquons de voir des niveaux de décès jamais atteints depuis une décennie», a-t-il expliqué, précisant que la Somalie comptait, avec 30% d'enfants sous-alimentés, le taux le plus élevé de malnutrition de toute l'Afrique.

En cause: la sécheresse de l'an dernier conjuguée à une augmentation de 270% du prix des aliments. «Cela a créé une situation en Somalie où de vastes proportions de la population ne sont pas en mesure de satisfaire leurs besoins alimentaires», a-t-il ajouté.

Selon lui, seuls 40% des appels aux dons ont été couverts.

Plus de 10 millions de personnes sont frappées par la pire sécheresse en 60 ans dans certaines régions de la Corne de l'Afrique, confrontant des populations rurales du Kenya, de Somalie et d'Éthiopie à de graves problèmes de malnutrition, s'était inquiétée l'ONU mardi.

Selon les données de l'ONU, la sécheresse touche ainsi 3,2 millions de personnes au Kenya, 2,6 millions en Somalie, 3,2 millions en Éthiopie et 117 000 à Djibouti.