Le régime du président zimbabwéen Robert Mugabe a refusé de délivrer des visas à l'ancien secrétaire général de l'ONU Kofi Annan, à l'ex-président américain Jimmy Carter et à la militante des droits de l'homme Graça Machel, a-t-on appris samedi auprès des trois intéressés qui souhaitaient effectuer une mission humanitaire au Zimbabwe.

ASSOCIATED PRESS

Kofi Annan, Jimmy Carter et Graça Machel font partie du groupe «The Elders» (les aînés) formé par l'ancien président sud-africain Nelson Mandela pour résoudre les conflits.

Aucune raison officielle n'a été donnée pour justifier le refus de visa, a indiqué l'ancien secrétaire général des Nations unies. D'après le journal d'Etat «Herald», les autorités ont suggéré aux émissaires de «venir à une date ultérieure» afin de ne pas gêner la saison des plantations. Citant une source anonyme, le quotidien ajoute que le trio est considéré comme hostile au gouvernement zimbabwéen.

Le Zimbabwe est déchiré par une crise politique: l'application d'un accord de partage du pouvoir est bloquée depuis septembre. L'ancien président sud-africain Thabo Mbeki, qui oeuvre comme médiateur entre les deux parties, a annoncé vendredi aux «Elders» que les efforts pour leur obtenir des visas pour leur visite de deux jours avaient été vains.

«Nous avons été très déçus que le gouvernement du Zimbabwe ne nous ait pas permis d'entrer, n'ait pas voulu coopérer», a déclaré lors d'une conférence de presse à Johannesbourg Jimmy Carter, prix Nobel de la Paix 2002.

Samedi soir, le leader de l'opposition zimbabwéenne Morgan Tsvangirai a rencontré les «Elders» dans un hôtel de Johannesbourg.