(Washington) Les États-Unis ont annoncé mardi qu’ils allaient consacrer 89 millions de dollars pour aider l’Ukraine à détruire les mines antipersonnelles, posées selon eux volontairement par les soldats russes dans des zones habitées du nord du pays avant de s’en retirer en mars.

Publié le 9 août
Agence France-Presse

Cette enveloppe, qui servira à financer une centaine d’équipes de démineurs appartenant à des ONG ou des sociétés privées spécialisées, représente « une aide d’urgence à l’Ukraine pour se débarrasser des mines antipersonnelles et d’autres vestiges explosifs de la guerre », a déclaré à la presse un responsable du département d’État, qui finance ce programme.

« Les forces russes ont utilisé les munitions explosives d’une manière irresponsable et brutale, faisant des victimes civiles, endommageant gravement des infrastructures civiles et contaminant une grande partie du territoire ukrainien avec des explosifs et des mines antipersonnelles », a affirmé ce responsable ayant requis l’anonymat.

Citant les autorités ukrainiennes, le responsable américain a précisé que lorsque les forces russes s’étaient retirées du nord de l’Ukraine, « elles ont caché des objets piégés et des bombes artisanales dans des lieux de stockage de produits alimentaires, des coffres de voiture, des machines à laver, des embrasures de porte, des lits d’hôpitaux et même dans les corps des victimes de l’invasion ».

Il a donné l’exemple d’une famille de Boutcha, une localité proche de Kyiv où des atrocités ont été révélées après le départ des troupes russes, qui a trouvé une bombe dans le piano de leur fille de 10 ans.

« Cet usage épouvantable des bombes antipersonnelles par les forces russes fait penser à la tactique du groupe État islamique en Irak et en Syrie, où les terroristes du groupe cherchaient à faire autant de victimes civiles que possible pour que les gens aient peur de rentrer chez eux », a-t-il ajouté.

Le gouvernement ukrainien a déjà désamorcé 160 000 explosifs depuis la fin mars, mais il estime que 5 millions de personnes vivent actuellement dans des zones infestées d’explosifs et de mines antipersonnelles, selon le responsable du département d’État.

Cette enveloppe de 89 millions de dollars est destinée exclusivement aux mines terrestres, et non aux mines marines posées par les forces ukrainiennes dans la mer Noire pour se prémunir d’un assaut amphibie russe, qui gênent les exportations de céréales ukrainiennes, a-t-il souligné.

Les fonds ne seront pas alloués au gouvernement ukrainien pour qu’il finance les opérations, mais serviront à employer, former et équiper directement des spécialistes de sociétés privées et d’ONG, a-t-il expliqué, citant notamment le Mines Advisory Group ou encore la société du New Jersey Tetra Tech EC.

Le responsable américain a souligné qu’ils élimineraient toutes les mines, quelle que soit leur provenance, mais il a cité un récent rapport de l’ONG Human Rights Watch selon lequel l’Ukraine, pays signataire du traité international d’interdiction des mines antipersonnelles, « paraît respecter ses obligations ».