(Paris) La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 4 323 957 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles jeudi à 6 h.  

Agence France-Presse

Plus de 204 685 500 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie. La grande majorité des malades guérissent, mais une part encore mal évaluée conserve des symptômes pendant des semaines, voire des mois.  

Les chiffres se fondent sur les bilans communiqués quotidiennement par les autorités sanitaires de chaque pays. Ils excluent les révisions réalisées a posteriori par certains organismes statistiques, qui concluent à un nombre bien plus important de morts.

L’OMS estime même, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée à la COVID-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui officiellement recensé.  

Une part importante des cas les moins graves ou asymptomatiques reste aussi non détectée malgré l’intensification du dépistage dans de nombreux pays. Sur la journée de mercredi, 10 063 nouveaux décès et 694 642 nouveaux cas ont été recensés dans le monde.  

Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont l’Indonésie avec 1466 nouveaux morts, le Brésil (975) et la Russie (808).  

L’Europe, région de 52 pays et territoires de la région, qui va à l’est jusqu’à l’Azerbaïdjan et la Russie, a dépassé les 60 millions de cas d’infection recensés depuis le début de la pandémie.  

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 618 479 décès pour 36 190 390 cas recensés, selon le comptage de l’Université Johns Hopkins.  

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 565 748 morts et 20 245 085 cas, l’Inde avec 429 669 morts (32 077 706 cas), le Mexique avec 246 203 morts (3 020 596 cas), et le Pérou avec 197 146 morts (2 128 516 cas).  

Parmi les pays les plus durement touchés, le Pérou est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 598 décès pour 100 000 habitants, suivi par la Hongrie (311), la Bosnie (295), la République tchèque (284) le Brésil (266).  

L’Amérique latine et les Caraïbes totalisaient jeudi à 6 h 1 398 578 décès pour 41 774 939 cas, l’Europe 1 216 930 décès (60 122 641 cas), l’Asie 714 964 décès (46 810 425 cas), les États-Unis et le Canada 645 165 décès (37 634 563 cas), l’Afrique 179 969 décès (7 121 257 cas), le Moyen-Orient 166 849 décès (11 125 580 cas), et l’Océanie 1502 décès (96 103 cas).  

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l’AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).  

En raison de corrections apportées par les autorités ou de publications tardives des données, les chiffres d’augmentation sur 24 h peuvent ne pas correspondre exactement à ceux publiés la veille.  

Le point sur la pandémie

Record quotidien de morts en Russie

La Russie a comptabilisé jeudi 808 morts provoquées par la COVID-19 en 24 heures, un record depuis le début de la pandémie qui est dû au variant Delta et à une campagne de vaccination poussive.

Ce bilan porte à 168 049 le nombre des décès recensés par le gouvernement comme étant dus à la COVID-19. L’agence russe de statistiques Rosstat, qui a une définition plus large, fait état de plus de 300 000 morts à la fin juin 2021.

Canberra confinée à son tour

Un confinement de sept jours de Canberra, la capitale australienne, a été décrété jeudi par les autorités après la découverte d’un cas de coronavirus.

Environ 400 000 habitants de cette ville, où siège le gouvernement, seront confinés à compter de jeudi 17 h (4 h vendredi HAE), et rejoindront ainsi les millions d’Australiens du sud-est de l’immense île-continent déjà contraints de demeurer chez eux.

Couvre-feu en Polynésie

La Polynésie française a été placée sous couvre-feu et les îles de Tahiti et Moorea vont être confinées, seulement le dimanche pour l’instant, afin de freiner l’épidémie de COVID-19. L’accès aux plages sera notamment interdit ce jour-là.

Après plusieurs mois de circulation très faible du virus, l’épidémie a connu un regain soudain début août en Polynésie à cause du variant Delta.

Nouvelles restrictions en Finlande

La Finlande va imposer de nouvelles restrictions sanitaires pour lutter contre la propagation du coronavirus dans sa capitale Helsinki, ont annoncé jeudi les autorités, après avoir enregistré un taux d’infection quotidien record dans le pays.

À compter du 20 août, à Helsinki et ses environs, les évènements en intérieur seront limités à 25 personnes, et les rassemblements en extérieur à 50.

Rebond de la croissance au Royaume-Uni

L’économie britannique est repartie de l’avant au deuxième trimestre, avec un rebond de 4,8 % du PIB grâce à la levée des restrictions sanitaires, mais des risques persistent avec notamment la poussée du variant Delta.

Le Royaume-Uni est l’un des pays développés les plus durement touchés par la pandémie, avec une chute du PIB l’an dernier de près de 10 %, la pire en 300 ans, et un bilan de plus de 130 000 décès.