(Paris) La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 4 100 352 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mardi à 6 h.

Agence France-Presse

Plus de 190 824 510 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie. La grande majorité des malades guérissent, mais une part encore mal évaluée conserve des symptômes pendant des semaines, voire des mois.

Les chiffres se fondent sur les bilans communiqués quotidiennement par les autorités sanitaires de chaque pays. Ils excluent les révisions réalisées a posteriori par certains organismes statistiques, qui concluent à un nombre bien plus important de morts.

L’OMS estime même, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée à la COVID-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui officiellement recensé.

Une part importante des cas les moins graves ou asymptomatiques reste aussi non détectée malgré l’intensification du dépistage dans de nombreux pays.

Sur la journée de lundi, 7133 nouveaux décès et 488 811 nouveaux cas ont été recensés dans le monde. Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont l’Indonésie avec 1280 nouveaux morts, la Russie (784) et le Brésil (542).

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 609 231 décès pour 34 132 079 cas recensés, selon le comptage de l’université Johns Hopkins.

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 542 756 morts et 19 391 845 cas, l’Inde avec 414 482 morts (31 174 322 cas), le Mexique avec 236 469 morts (2 664 444 cas), et le Pérou avec 195 243 morts (2 094 445 cas).

Parmi les pays les plus durement touchés, le Pérou est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 592 décès pour 100 000 habitants, suivi par la Hongrie (311), la Bosnie (295), la République tchèque (283) et la Macédoine du Nord (263).

L’Amérique latine et les Caraïbes totalisaient, mardi à 6 h, 1 332 956 décès pour 39 579 076 cas, l’Europe 1 188 830 décès (56 604 174 cas), les États-Unis et le Canada 635 731 décès (35 555 665 cas), l’Asie 627 408 décès (42 797 928 cas), l’Afrique 158 642 décès (6 266 082 cas), le Moyen-Orient 155 553 décès (9 951 445 cas), et l’Océanie 1232 décès (70 149 cas).

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l’AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

En raison de corrections apportées par les autorités ou de publications tardives des données, les chiffres d’augmentation sur 24h peuvent ne pas correspondre exactement à ceux publiés la veille.

Le point sur la pandémie dans le monde

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants : le point sur les dernières évolutions de la pandémie de COVID-19 dans le monde.

Inde : un bilan dix fois supérieur ?

Le nombre de personnes mortes de la COVID-19 en Inde pourrait être dix fois supérieur au bilan officiel qui est actuellement proche de 415 000 décès, estime mardi une étude américaine, ce qui ferait de la pandémie la pire tragédie humanitaire dans le pays depuis son indépendance.

Les experts avertissent de longue date que le bilan est largement sous-évalué dans ce pays de 1,3 milliard d’habitants. Mais l’estimation du Center for Global Development qui prend en compte la flambée épidémique d’avril-mai en Inde à cause du très contagieux variant Delta, est la plus élevée qui ait jamais été faite.

Nouveau record de contaminations en Iran

Le ministère iranien de la Santé a enregistré mardi un nouveau record quotidien de contaminations dans le pays, avec 27 444 nouveaux cas et 250 décès.

Pour freiner la propagation du virus, des restrictions viennent tout juste d’entrer en vigueur dans la capitale Téhéran.

Plus de la moitié des Australiens confinés

Adélaïde sera à compter de mardi soir la troisième grande ville australienne soumise à une obligation de confinement, au moment où l’île-continent peine à enrayer la progression du très contagieux variant Delta.

L’État d’Australie méridionale (sud), dont Adélaïde est la capitale, va connaître le même sort qu’une vaste zone autour de Sydney et que l’État du Victoria, dont Melbourne est la capitale. Au total, 14 des 25 millions d’Australiens seront confinés.

France : abaissement de la jauge

Un passeport sanitaire anti-COVID-19 devra désormais être présenté en France dans un certain nombre de lieux accueillant au moins 50 personnes, contre 1000 précédemment, comme des salles de spectacles, de sport ou des musées.

Par ailleurs, le port du masque ne sera plus obligatoire pour le public dans les lieux où l’entrée est conditionnée au passeport sanitaire, selon une décision du gouvernement toutefois contestée par des scientifiques.

Les plans de relance pas suffisamment verts

Les émissions mondiales de CO2 devraient atteindre un niveau jamais vu en 2023 et continuer de croître par la suite, au vu de la faible part consacrée aux énergies propres par les plans de relance post-COVID-19, met en garde mardi l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Indonésie : nombreux rassemblements pour l’Aïd

Les fidèles indonésiens se sont rassemblés mardi à l’extérieur des mosquées pour prier à l’occasion de la plus importante fête musulmane, l’Aïd al-Adha ou fête du Sacrifice, en dépit des consignes visant à éviter les regroupements face à la flambée épidémique dans l’archipel.

Accélération de l’épidémie en Martinique

L’épidémie s’est encore accélérée cette semaine en Martinique où des patients pourraient être transférés vers la métropole, ont indiqué les autorités sanitaires locales. La barre des 700 cas pourrait être franchie mardi.

Seuls 15,35 % des personnes de plus de 12 ans habitant cette île française des Antilles ont reçu une dose.

Des manifestations se sont multipliées à Fort-de-France contre l’obligation de se faire vacciner.

Plus de 4,1 millions de morts

La pandémie a fait au moins 4 100 352 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mardi à 6 h.

Les États-Unis sont le pays le plus touché avec 609 231 décès, suivis du Brésil (542 756 morts), de l’Inde (414 482), du Mexique (236 469) et du Pérou (195 243).

L’OMS estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée à la COVID-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui officiellement recensé.