(Paris) La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 3 137 725 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mercredi à 6 h.  

Agence France-Presse

Plus de 148 657 360 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie. La grande majorité des malades guérissent, mais une part encore mal évaluée conserve des symptômes pendant des semaines, voire des mois.  

Les chiffres se fondent sur les bilans communiqués quotidiennement par les autorités sanitaires de chaque pays et excluent les révisions réalisées a posteriori par des organismes statistiques, comme en Russie, en Espagne et au Royaume-Uni.  

Sur la journée de mardi, 14 536 nouveaux décès et 844 389 nouveaux cas ont été recensés dans le monde. Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont l’Inde avec 3293 nouveaux morts, le Brésil (3086) et les États-Unis (724).

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 573 381 décès pour 32 176 051 cas recensés, selon le comptage de l’université Johns Hopkins. Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 395 022 morts et 14 441 563 cas, le Mexique avec 215 547 morts (2 333 126 cas), l’Inde avec 201 187 morts (17 997 267 cas), et le Royaume-Uni avec 127 451 morts (4 409 631 cas).

Parmi les pays les plus durement touchés, la Hongrie est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 279 décès pour 100 000 habitants, suivi par la République tchèque (272), la Bosnie (257), le Monténégro (235) et la Bulgarie (232).  

L’Europe totalisait mercredi à 6 h 1 059 028 décès pour 49 895 378 cas, l’Amérique latine et les Caraïbes 904 431 décès (28 377 041 cas), les États-Unis et le Canada 597 446 décès (33 368 241 cas), l’Asie 326 169 décès (24 751 507 cas), le Moyen-Orient 128 814 décès (7 695 675 cas), l’Afrique 120 794 décès (4 526 568 cas), et l’Océanie 1043 décès (42 955 cas).  

Depuis le début de la pandémie, le nombre de tests réalisés a fortement augmenté et les techniques de dépistage et de traçage se sont améliorées, entraînant une hausse des contaminations déclarées.  

Le nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’une fraction du total réel de contaminations, une part importante des cas les moins graves ou asymptomatiques restant toujours non détectée.  

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l’AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).  

En raison de corrections apportées par les autorités ou de publications tardives des données, les chiffres d’augmentation sur 24h peuvent ne pas correspondre exactement à ceux publiés la veille.  

Le point sur la pandémie

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants : un point sur les dernières évolutions de la pandémie de COVID-19 dans le monde.

BioNTech confiant face au variant indien

Le fondateur et directeur du laboratoire BioNTech, Ugur Sahin, s’est dit mercredi « confiant » dans l’efficacité de son vaccin, développé avec le groupe américain Pfizer, contre le variant indien.

Si des « tests » sont encore en cours, « le variant indien présente des mutations que nous avons déjà étudiées et contre lesquelles notre vaccin agit, ce qui nous rend confiant », a affirmé M. Sahin lors d’une conférence de presse en ligne.

L’UE et AstraZeneca s’expliqueront le 26 mai

L’Union européenne et AstraZeneca s’expliqueront le 26 mai devant un tribunal de Bruxelles qui devra décider si le laboratoire suédois-britannique a violé les termes de son contrat par ses retards de livraisons de vaccins anti-COVID-19 aux États membres.

Le laboratoire n’a livré au premier trimestre aux pays de l’UE que 30 millions de doses sur les 120 millions promises contractuellement. Au deuxième trimestre, il ne compte en fournir que 70 millions sur les 180 millions initialement prévues.

Le recours en justice, intenté au nom de Commission européenne et des 27 États membres, a été dénoncé comme « sans fondement » par le laboratoire.

Circulation en France : rendez-vous le 3 mai

Les restrictions de circulation en France seront levées en France à partir du 3 mai « si la situation sanitaire le permet », a indiqué mercredi le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, n’excluant pas des mesures différenciées selon les régions.

Le premier ministre Jean Castex avait annoncé jeudi 22 avril une levée des contraintes de déplacement en journée à partir du 3 mai mais M. Djebbari interrogé à ce sujet est resté prudent : « Je l’espère. Je crois que les Français l’espèrent », a-t-il dit.

Pologne : alléger la pression d’ici la fin mai

La Pologne veut lever la plupart des restrictions liées à la pandémie d’ici fin mai, a annoncé mercredi le premier ministre Mateusz Morawiecki.

Une partie des activités sportives, principalement en plein air, sera notamment autorisée à partir du 1er mai. Les galeries marchandes, magasins d’ameublement et de bricolage, ainsi que les institutions d’art pourront ouvrir leurs portes dès le 4 mai.

Les plus jeunes écoliers polonais retrouveront partiellement leurs classes le même jour et les plus âgés à partir du 15 mai, avec une reprise normale de toutes les écoles le 29 mai.

Vers une accalmie au Mexique

Le Mexique, durement touché par la pandémie, semble depuis plus de deux mois connaître un ralentissement de la propagation du coronavirus.

Son président, Andres Manuel Lopez Obrador, qui a lui-même été contaminé février, en a fait le constat en se disant « encouragé » par cette situation, allant jusqu’à la qualifier de « bouffée d’air frais ».

Plus de 3,13 millions de morts

La pandémie a fait au moins 3 137 725 morts dans le monde depuis décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mercredi à 6 h.

Les États-Unis comptent le plus grand nombre de morts (573 381) suivis par le Brésil (395 022), le Mexique (215 547), l’Inde (201 187) et le Royaume-Uni (127 451).

Parmi les pays les plus durement touchés, la Hongrie est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population.

Ces chiffres sont globalement sous-évalués. Ils se fondent sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sans inclure les réévaluations reposant sur des bases statistiques.