(Paris) La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 2 151 000 morts et a franchi la barre des 100 millions de cas dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019.

Agence France-Presse

Le bilan de 100 millions de cas a été calculé par le Centre Johns-Hopkins, aux États-Unis.

Plus de 100 011 000 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie, dont au moins 60 485 100 sont aujourd’hui considérés comme guéris.  

Les chiffres se fondent sur les bilans communiqués quotidiennement par les autorités sanitaires de chaque pays et excluent les révisions réalisées a posteriori par des organismes statistiques, comme en Russie, en Espagne et au Royaume-Uni.  

Sur la journée de lundi, 9666 nouveaux décès et 492 081 nouveaux cas ont été recensés dans le monde.  

Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont les États-Unis avec 1733 nouveaux morts, l’Allemagne (903) et l’Espagne (767).  

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 421 134 décès pour 25 297 546 cas recensés, selon le comptage de l’université Johns Hopkins.  

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 217 664 morts et 8 871 393 cas, l’Inde avec 153 587 morts (10 676 838 cas), le Mexique avec 150 273 morts (1 771 740 cas), et le Royaume-Uni avec 98 531 morts (3 669 658 cas).

Parmi les pays les plus durement touchés, la Belgique est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 180 décès pour 100 000 habitants, suivi par la Slovénie (163), la République tchèque (146), le Royaume-Uni (145) et l’Italie (142).  

L’Europe totalisait mardi à 6 h 705 375 décès pour 32 279 350 cas, l’Amérique latine et les Caraïbes 575 976 décès (18 241 436 cas), les États-Unis et le Canada 440 319 décès (26 048 205 cas), l’Asie 236 291 décès (14 975 110 cas), le Moyen-Orient 95 845 décès (4 598 052 cas), l’Afrique 85 936 décès (3 458 019 cas), et l’Océanie 945 décès (31 640 cas).  

Depuis le début de la pandémie, le nombre de tests réalisés a fortement augmenté et les techniques de dépistage et de traçage se sont améliorées, entraînant une hausse des contaminations déclarées. Le nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’une fraction du total réel de contaminations, une part importante des cas les moins graves ou asymptomatiques restant toujours non détectée.  

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l’AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En raison de corrections apportées par les autorités ou de publications tardives des données, les chiffres d’augmentation sur 24 h peuvent ne pas correspondre exactement à ceux publiés la veille.  

Le point sur la pandémie

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants : un point sur les dernières évolutions de la pandémie de COVID-19 dans le monde.

Vaccins : l’UE tance les fabricants

Bénéficiaires d’investissements massifs de l’UE, les fabricants de vaccins anti-COVID-19 « doivent maintenant tenir leurs promesses et honorer leurs obligations », a averti mardi la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, après des annonces de retards de livraisons en Europe.

Le ministre de la Santé allemand s’est déclaré favorable à une restriction des exportations de vaccins produits dans l’UE, tandis que le gouvernement britannique mettait en garde contre tout « nationalisme vaccinal ».

Vaccins : délai et efficacité

La deuxième injection du vaccin de Moderna peut être administrée jusqu’à six semaines après la première dans des circonstances exceptionnelles, a indiqué mardi le groupe d’experts de l’Organisation mondiale de la santé sur la vaccination.

En France, le délai entre les deux doses du vaccin Pfizer sera maintenu à « 3 ou 4 semaines », a annoncé le ministre de la Santé, en dépit de l’avis de deux autorités sanitaires qui estimaient qu’on pouvait l’allonger à six semaines.

Berlin, de son côté, a réfuté les informations de deux médias allemands, selon lesquelles le vaccin du laboratoire AstraZeneca était moins efficace pour les personnes de plus de 65 ans.

Manifestations

Les Pays-Bas ont connu dans la nuit de lundi à mardi une deuxième flambée de violence orchestrée par des opposants au couvre-feu, imposé depuis samedi afin de lutter contre la pandémie.

Des heurts ont aussi eu lieu à Tripoli (Liban) et Tel-Aviv (Israël).

En Grèce, tous les rassemblements sont interdits pendant une semaine alors qu’une manifestation de l’extrême gauche est prévue vendredi.

En France, « pas de précipitation »

En l’état, « il n’y a pas de raison » de reconfiner la France, a déclaré mardi la ministre déléguée à l’Industrie, le ministre de l’Économie jugeant lui qu’il fallait éviter la « précipitation » et attendre « calmement » le résultat du couvre-feu généralisé.

Un conseil de défense sanitaire est prévu mercredi autour du chef de l’État, dix jours après l’instauration d’un couvre-feu à 18 h.

Le déficit en question en Allemagne

Le chef de la chancellerie allemande a annoncé que « le frein à l’endettement ne sera pas respecté dans les années à venir, même avec une discipline de dépenses par ailleurs stricte ». La règle interdit en temps normal au gouvernement fédéral d’emprunter plus de 0,35 % de son PIB, mais des circonstances exceptionnelles l’autorisent à demander aux députés d’entériner un dépassement de ce seuil.

Hausse du chômage britannique

Le taux de chômage est monté à 5 % au Royaume-Uni pour les trois mois achevés fin novembre contre 4,9 % à fin octobre dans la foulée de mesures de lutte contre la pandémie, selon l’Office national des statistiques (ONS). C’est 1,2 % de plus qu’un an auparavant et le plus haut niveau depuis mars 2016, d’après le cabinet EY Items Club.

2,14 millions de morts

La pandémie a fait au moins 2 140 687 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mardi à 6 h.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 421 134 décès, suivis par le Brésil (217 664), l’Inde (153 587), le Mexique (150 273), et le Royaume-Uni (98 531).

L’Indonésie a dépassé le cap du million de cas.

Le nombre de victimes à l’échelle mondiale est globalement sous-évalué. Il se fonde sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé.